le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 13 septembre 2023 13:30 | mis à jour le 22 mars 2024 13:33 Santé

Une approche de guérison conçue par et pour les Inuit

  Crédit : Courtoisie Gouvernement du Nunavut
Crédit : Courtoisie Gouvernement du Nunavut
Bénéficiant d’un investissement historique de 83,7 millions $, le centre de traitement et de rétablissement Aqqusariaq offrira un nouveau système de traitement des toxicomanies et des traumatismes sur le territoire. Des années de planification ont été nécessaires pour arriver à la mise en chantier de l’établissement d’Iqaluit dont la construction débutera à l’automne 2023.

Le 14 aout dernier, Nunavut Tunngavik Inc., le Gouvernement du Nunavut et Services aux Autochtones Canada étaient réunis pour inaugurer les travaux sur le futur site d’Aqqusariaq.

Anciennement nommé le centre de rétablissement du Nunavut, Aqqusariaq répond à l’appel à l’action n° 21 de la Commission de vérité et réconciliation.

Cet appel demande au gouvernement fédéral de fournir un financement durable aux centres de guérison afin de remédier aux préjudices physiques, mentaux, émotionnels et spirituels causés par les pensionnats, en particulier au Nunavut et aux Territoires du Nord-Ouest.

Au cours des trois dernières années, 163 Nunavummiut ont dû quitter le territoire pour recevoir des soins liés au traitement des dépendances.

Fondé sur les pratiques et les valeurs culturelles inuit avec le développement d’une main-d’œuvre inuit, le centre permettra de débuter une guérison au sein de la communauté entouré des familles, des amis et des proches.

Combler le manque de services

En inuktitut, « Aqqusariaq » est un terme décrivant un sentier que l’on emprunte pour atteindre sa destination et symbolise un parcours de rétablissement.

Ce nom a été choisi par le Comité consultatif sur la culture et l’expérience vécue et des experts en la matière de tout le territoire.

« Avec Aqqusariaq, les Inuit auront une nouvelle occasion de guérir de l’impact des pensionnats et des traumatismes intergénérationnels en retrouvant un bienêtre physique, mental, émotionnel et spirituel. Grâce à l’accès à la terre et aux Ainés, à notre nourriture saine et aux services cliniques en inuktitut, Aqqusariaq aura le pouvoir d’améliorer la vie des Inuit pour les générations à venir », a déclaré par voie de communiqué Paul Irngaut, vice-président à la Nunavut Tunngavik Inc (NTI).

Le gouvernement du Canada investit 42,1 millions $ dans ce projet alors que le gouvernement du Nunavut contribue sensiblement de la même façon avec l’attribution de 41,6 millions $.

NTI fournit 5 millions $ pour couvrir l’ensemble des couts du projet et 11,8 millions $ par l’intermédiaire de la Makigiaqta Inuit Training Corporation pour former des conseillers inuit.

Pour couvrir les couts de fonctionnement du centre, Services aux Autochtones Canada contribuera à hauteur de 9,7 millions $ annuellement.

Actuellement, le gouvernement du Nunavut fournit des services de toxicomanie ou de traumatologie aux patients hospitalisés que par l’entremise d’établissements hors du territoire.

« Aqqusariaq améliorera également les services ambulatoires pour les résidents d’Iqaluit et offrira des approches intégratives aux soins », indique Danarae Sommerville, gestionnaire intérimaire des communications au ministère de la Santé du Nunavut.

Le centre de traitement et de rétablissement comprendra 24 lits, ainsi que des soins axés sur la communauté, y compris un traitement pour les femmes enceintes afin de prévenir les troubles causés par l’alcoolisation fœtale

La programmation officielle est en cours de détermination par l’équipe de développement d’Aqqusariaq.

« Il comprendra des services cliniques tels que le counseling en santé mentale et la thérapie de groupe, ainsi que des programmes thérapeutiques et culturels tels que la couture, les voyages sur le terrain et l’art », explique Danarae Sommerville.

L’embauche de conseillers formés, d’enseignants, de guides culturels et de membres du personnel pour les diverses installations telles que les services alimentaires seront nécessaires au bon fonctionnement du centre. 

Crédit : Courtoisie Gouvernement du Nunavut

Mettre de l’avant le savoir autochtone

Aqqusariaq veillera à ce que l’Inuit Qaujimajatuqangit (IQ) soit prioritaire dans la prestation de services de traitement de la toxicomanie et contribuera à l’objectif du gouvernement de fournir des soins cruciaux sur le territoire.

« Aqqusariaq fait partie intégrante de l’approche systémique à trois piliers qui comprend également le traitement et la guérison sur place dans les trois régions du Nunavut, ainsi que le soutien visant à accroitre le développement et la capacité de la main-d’œuvre inuit », indique Carolane Gratton, porte-parole de Services aux Autochtones.

Ce centre reflète une vision, un bâtiment et un programme conçus par des Inuit de partout au Nunavut.

Au-delà des processus de consultation, le ministère de la Santé a appuyé l’équipe de développement de l’Aqqusariaq composée du personnel de la santé, de la NTI, des organismes régionaux de mieux-être et de personnes ayant une expérience vécue de l’accès aux services de toxicomanie et de traumatologie au Nunavut.

« C’est cette équipe de développement qui a dirigé et guidé le leadeurship en santé tout au long d’un processus décisionnel éclairé et continu », conclut Danarae Sommerville.

Aqqusariaq devrait être en grande partie achevé en décembre 2025.