le Dimanche 23 juin 2024
le Mercredi 22 mai 2024 13:00 Actualités

La main-d’œuvre de demain s’affronte dans une compétition territoriale

  Crédit : Akshay Achuth
Crédit : Akshay Achuth
La 19e édition du concours de Skills Canada Nunavut a réuni une trentaine de jeunes Nunavummiut autour de 14 zones de compétition les 27 et 28 avril dernier. L’événement, qui ne pourrait pas avoir lieu sans l’appui d’une vingtaine de bénévoles, vise à promouvoir et à exposer les jeunes aux métiers spécialisés et aux carrières technologiques.
La main-d’œuvre de demain s’affronte dans une compétition territoriale
00:00 00:00

Tout au long de l’année, Skills Canada Nunavut propose une variété de programmes et d’activités liés aux métiers spécialisés et aux carrières technologiques.

En collaboration avec les écoles, les gouvernements et les leaders de l’industrie à travers tout le territoire, l’organisation propose aussi plusieurs événements gratuits.

Le plus grand d’entre eux est le concours territorial qui permet également de sélectionner les participants ayant le mieux performé pour faire partie de l’équipe nationale de Compétences Canada.

Cette année, une dizaine de jeunes iront représenter le territoire lors de cette compétition qui aura lieu à Québec les 30 et 31 mai prochains.

Les participants de la plus récente compétition de Skills Nunavut ont pu démontrer leurs habiletés dans des domaines tels que le perlage, la mode nordique, la photographie, la vidéographie, la menuiserie, la plomberie, le soudage, l’électricité, la cuisine, la coiffure, l’esthétique et l’ébénisterie.

Crédit : Akshay Achuth
Crédit : Akshay Achuth

Des domaines de compétition variés

Le concours de compétence a été créé afin que chaque province et territoire puisse mettre en valeur le savoir-faire des étudiants dans les métiers et les carrières technologiques.

Les participants de la plus récente compétition, qui se tenait à l’école secondaire Inuksuk, ont pu concourir dans les domaines proposés par Compétences Canada, ainsi que dans ceux créés par l’organisation territoriale.

Les jeunes ont ainsi pu démontrer leurs habiletés dans des domaines tels que le perlage, la mode nordique, la photographie, la vidéographie, la menuiserie, la plomberie, le soudage, l’électricité, la cuisine, la coiffure, l’esthétique et l’ébénisterie.

Par exemple, alors qu’en menuiserie, les participants devaient construire une niche pour chien, les compétiteurs dans le domaine de la cuisine ont eu à créer des menus et des repas composés d’entrées, de plats principaux et de desserts.

La création de vêtements traditionnels tels que les parkas et les mitaines était à l’honneur pour la mode nordique. 

L’organisation estime que cette 19e édition était la plus réussie à ce jour et est satisfaite de la participation de la trentaine de jeunes en provenance de sept communautés.

« C’est à peu près la moyenne chaque année en raison des coûts de vol, des hébergements, du nombre de communautés impliquées, du nombre de bénévoles que nous avons, etc. », explique Natalie Maerzluft, coordonnatrice de programmes pour Skills Canada Nunavut.

Crédit : Akshay Achuth

Des champs d’expertise essentiels

Selon Natalie Maerzluft, les carrières dans le domaine des métiers spécialisés et de la technologie sont importantes pour de nombreuses raisons, la première étant que c’est ce qui fait « fonctionner le monde ».

Au Nunavut, en particulier, les établissements scolaires offrent peu de programmes dans ces domaines.

« Il est difficile d’amener les étudiants à comprendre que vous pouvez vivre et travailler dans un métier spécialisé et que c’est un emploi et un cheminement de carrière incroyable », soutient-elle.

Natalie Maerzluft estime qu’un événement tel que le concours Skills Canada Nunavut fait en sorte d’aider les jeunes Nunavummiut à comprendre que ces types d’emplois sont aussi pour eux.

« Ils ne sont pas hors de portée ou quelque chose que vous devez rêver pour “plus tard”. Vous pouvez faire ce genre de travail dès maintenant, et cela en vaut vraiment la peine ! Plus tôt les gens peuvent faire des métiers avec leurs mains, plus tôt ils comprennent qu’ils peuvent poursuivre ces métiers et ainsi redonner à leur communauté », conclut-elle.