le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 13 mars 2024 13:00 | mis à jour le 13 mars 2024 16:32 Arctique

Retour sur la création des Jeux d’hiver de l’Arctique il y a 54 ans

Les Jeux d'hiver de l'Arctique ont lieu tous les deux ans et sont organisés à tour de rôle par les différents territoires, provinces et états de l'Arctique. — Image fournie par l'Office National du Film
Les Jeux d'hiver de l'Arctique ont lieu tous les deux ans et sont organisés à tour de rôle par les différents territoires, provinces et états de l'Arctique.
Image fournie par l'Office National du Film
Du 10 au 16 mars prochains, les Jeux d’hiver de l’Arctique se tiendront dans la vallée Matanuska-Susitna en Alaska. Quelque 2000 athlètes âgés de 11 à 18 ans et plus, s’affronteront dans une vingtaine de sports. Cette année huit équipes de l’Arctique circumpolaire de l’Amérique du Nord et de l’Europe seront présentes.

Les Jeux d’hiver de l’Arctique désignent l’ensemble des évènements sportifs et organisés par des contingents de la région arctique, en particulier des communautés circumpolaires du Canada, de l’Alaska, du Kalaallit Nunaat (Groenland) et du nord de la Scandinavie.

Jusqu’en 2020, la Russie participait aussi aux épreuves, mais après l’invasion de l’Ukraine, cette équipe a été exclue des jeux pour une durée indéterminée.

En 1998 à Yellowknife, l’épreuve Pole Push qui fait partie des Jeux Dénés permet à deux équipes de quatre personnes de s’affronter dans une compétition de force et d’endurance.

Crédit : Arctic Winter Games International Committee
Crédit : Derek Crowe Photography, Whitehorse, Yukon
Crédit : Image fournie par l'Office National du Film
Crédit : Image fournie par l'Office National du Film
Crédit : Derek Crowe Photography, Whitehorse, Yukon
Crédit : AWG2014-Steve Paskvan
Crédit : AWG2014 - Crédit : Greg Martin
Crédit : AWG2014 - Crédit : Greg Martin

Une idée née aux Territoires du Nord-Ouest

Stuart Hodgson, commissaire des TNO de 1967 à 1979 et Bud Orange, membre du Parlement des TNO de 1965 à 1972 ont eu l’idée de créer des jeux d’hiver de l’Arctique alors qu’ils assistaient aux tout premiers jeux d’hiver du Canada au Québec en 1967.

Préoccupés par le manque de compétition auquel les athlètes et entraineurs du Nord avaient accès et par le fait qu’ils étaient souvent exposés à des scores déséquilibrés lorsqu’ils participaient aux Jeux du Canada et à d’autres évènements nationaux dans le Sud, des jeux organisés en Arctique devaient, selon eux, rétablir un équilibre et un accès équitable à des compétitions.

Cette idée a été acceptée par James Smith, commissaire du Yukon puis par le gouverneur de l’Alaska, Walter Hickel. Trois ans plus tard, les Premiers Jeux se déroulaient à Yellowknife pour coïncider avec le centenaire de la création des Territoires du Nord-Ouest. 

Les différentes étapes qui ont façonné les jeux

Les premiers Jeux de l’Arctique ont eu lieu en 1970 à Yellowknife et l’ouverture officielle a été orchestrée par le premier ministre de l’époque Pierre Elliott Trudeau. Le Yukon, l’Alaska et les TNO ont participé à ces premiers jeux.

Dans le premier numéro du Ulu News, le journal des jeux parut le 9 mars 1970, la parade d’inauguration des jeux est décrite comme la plus grande parade qui a eu lieu à Yellowknife. Plus de 700 athlètes, entraineurs et personnalités politiques ont défilé notamment sur l’avenue Franklin.

En 1972 les Jeux ont eu lieu à Whitehorse au Yukon et ces jeux marquent le début d’une rotation entre les différentes régions qui participent aux jeux tous les 2 ans. Cette année-là, l’équipe du Nunavik qui s’appelait à l’époque Northern Québec a envoyé des athlètes ainsi que le Groenland. Le Labrador et la Russie ont quant à eux envoyé un contingent d’observateurs.

En 1974, les jeux ont eu lieu à Anchorage en Alaska. Puis en 1976, les équipes ont dû être réduites, car les épreuves, ayant lieu à Shefferville, une toute petite communauté du nord du Québec, peu d’infrastructures et de logements étaient disponibles.

En 1986, le nord de l’Alberta participe officiellement aux jeux avec une petite équipe.

En 1990, le Groenland envoie un contingent de 50 athlètes tandis que la Russie envoie un contingent culturel originaire de la province de Magadan dans le nord-est de la Sibérie. En 1992, des athlètes russes participent pour la première fois aux Jeux.

En 2002, pour la première fois les Jeux sont organisés en dehors de l’Amérique du Nord, à Nuuk au Groenland en partenariat avec Iqaluit au Nunavut. En 2016, les jeux se sont à nouveau déroulés à Nuuk en collaboration avec Iqaluit. Jusqu’aux jeux de 1998, le Nunavut n’existait pas en tant que territoire et les athlètes faisaient partie de l’équipe des TNO.

Yellowknife a accueilli les jeux 5 fois en 1970, 1984, 1990, 1998 et 2008.

En 1978, les jeux ont eu lieu à Hay River et dans la région sud-slave en 2018 avec 11 compétitions à Hay River et 10 compétitions à fort Smith.

Whitehorse a accueilli les jeux 5 fois en 1972, 1986, 1992, 2000, 2012. La capitale yukonnaise devait aussi être l’hôte des jeux en 2020, mais ils ont été annulés le 7 mars 2020 à huit jours de la cérémonie d’ouverture à cause des préoccupations liées à la pandémie de COVID-19. 

L’Alaska a été l’hôte des jeux à 7 reprises en 1974, 1982, 1988, 1996, 2006, 2014 et les prochains pour 2024.

En 2022, toujours en lien avec la pandémie, les jeux ont été reportés à 2023 et se sont déroulés à Wood Buffalo dans le nord de l’Alberta.

Il est intéressant de noter que, malgré la participation des Sami de l’Europe du Nord, les jeux n’ont jamais eu lieu en Europe.

Quel est le rôle du Comité international des Jeux? 

Le Comité international des Jeux d’hiver de l’Arctique (AWGIC) assure la gestion des Jeux. Cet organe directeur promeut les valeurs symbolisées par les trois anneaux entrelacés des Jeux, qui représentent la compétition sportive, l’exposition culturelle et l’échange social.

Dédié au succès continu de ces jeux, le Comité supervise la préparation de la société hôte et guide l’intégrité technique et culturelle des Jeux.

Le sport et les liens culturels

Le principe de ces jeux est de permettre aux athlètes du nord circumpolaire de concourir selon leurs propres termes, sur leur propre terrain.

Non seulement les épreuves permettent aux sportifs d’améliorer leurs techniques et performances en se mesurant à d’autres athlètes lors d’une compétition internationale, mais en plus ces rencontres sportives renforcent la compréhension mutuelle et les liens d’amitié qui se créent entre les différentes communautés de l’Arctique.