le Dimanche 23 juin 2024
le Mercredi 5 juin 2024 8:00 | mis à jour le 6 juin 2024 18:03 Local

Des enjeux qui perdurent pour les organismes à but non lucratif du Nunavut

  Crédit : Nunavut Association of Non-Profit Organizations
Crédit : Nunavut Association of Non-Profit Organizations
Regroupant une centaine d’organismes à but non lucratif, des organismes de bienfaisance, des bailleurs de fonds ainsi que des représentants du gouvernement, le rassemblement annuel Piliriqatigiinnirmut s’est tenu le mois dernier à l’Hôtel et Centre de conférence Aqsarniit. L’événement de quatre jours qui en était à sa deuxième édition a été créé et est financé par la Nunavut Tunngavik Inc (NTI).
Des enjeux qui perdurent pour les organismes à but non lucratif du Nunavut
00:00 00:00

En présentant cet événement, l’Association des organisations à but non lucratif du Nunavut (NANPO) souhaite offrir aux participants des présentations d’organismes à but non lucratif et de bailleurs de fonds et engager des discussions productives sur les défis auxquels le secteur à but non lucratif est confronté.

La conférence permet aussi de réaliser du réseautage, d’établir des connexions et de discuter des actions prioritaires que l’Association doit entreprendre au cours de la prochaine année.

Couronné de succès lors de sa première édition en janvier 2023, le plus récent événement s’est tenu dans un lieu plus grand et offrait une journée supplémentaire d’activités.

L’événement de quatre jours qui en était à sa deuxième édition a été créé et est financé par la Nunavut Tunngavik Inc (NTI).

Crédit : Nunavut Association of Non-Profit Organizations

Un temps d’arrêt pour aller plus loin

Un décalage est fréquemment observé entre les possibilités de financement disponibles pour les organismes sans but lucratif et ce dont ces mêmes organismes ont réellement besoin.

« NTI a reconnu que la meilleure façon d’aider à atténuer ce décalage était de réunir tout le monde dans la même pièce et de travailler ensemble pour comprendre pourquoi cela se produit et ce qui peut être fait à ce sujet », explique Jessie Hale, directrice générale de la Nunavut Association of Non-Profit Organizations.

Tout comme ce genre d’événement est réalisé dans d’autres domaines d’activités, il est important pour les organismes sans but lucratif d’avoir un espace pour faire état de la situation et voir des façons de se soutenir les uns les autres.

À travers de nombreuses présentations et discussions, d’excellentes idées de plaidoyer et de nouveaux projets sur lesquels l’Association peut travailler ont été récoltés.

« Le premier et le plus important objectif était de créer des liens et de bâtir une communauté entre les organismes sans but lucratif eux-mêmes et entre les organismes sans but lucratif et les bailleurs de fonds », indique Jessie Hale.

Plus de 30 organismes sans but lucratif comme Ilitaqsiniq Nunavut Literacy Council, Piruqatigiit Resource Centre, Tukisigiarvik Society, l’Association des francophones du Nunavut (AFN), Abluqta Society et One Plane Away étaient présents.

La vingtaine de bailleurs de fonds participants comprenaient Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (RCAANC), Banques alimentaires Canada, Tapestry Community Capital, NTI et plusieurs ministères du gouvernement du Nunavut.

En plus d’être la vice-présidente de NANPO, Marie-France Talbot est gestionnaire du Centre de formation Qaujimaniq et représentait l’AFN et le centre de formation lors de l’événement.

« La rencontre est une excellente occasion pour les organismes de discuter entre eux de leurs réalités et défis communs, de partager des ressources et d’exprimer leurs suggestions aux bailleurs de fonds présents. Le rassemblement m’a permis de discuter avec des personnes fantastiques et de créer des liens avec des organismes avec qui nous pourrions collaborer dans le futur », affirme-t-elle.

La Abluqta Society de Baker Lake, représentée par Lianna Pattunguyak et Erin Strachan, était également ravie de participer au rassemblement Piliriqatigiinnirmut de cette année.

Lianna Pattunguyak a profité de cette tribune pour parler de la banque alimentaire et de la friperie offertes par leur organisme et des besoins actuels en matière d’entreposage, en particulier pour pouvoir distribuer plus d’aliments locaux et traditionnels.

Cela a mené Tara Tootoo Fothetingham d’Arctic Buying et du conseil d’administration de la Chambre de commerce de Kivalliq à communiquer avec la Société et ultimement, à réussir à obtenir deux conteneurs de 30 pieds grâce au généreux don d’Agnico Eagle Mines Limited.

« La Société Abluqta est tellement reconnaissante et ravie de cet exemple de ce qui se passe lorsque des personnes et des organisations qui partagent les mêmes idées dans leur mission d’aider les autres se réunissent! », s’enthousiasme Colleen Chau des communications pour Abluqta Food Society. 

Davantage de financement souhaité

Un élément majeur entendu lors de la conférence et qui est décrié depuis fort longtemps est que les organismes sans but lucratif ont besoin d’un financement opérationnel stable et continu pour soutenir leur travail.

« De nombreux organismes sans but lucratif fonctionnent depuis des années, voire des décennies, sans financement “de base”, c’est-à-dire un financement qui prend en charge les dépenses courantes comme le loyer, l’assurance, les services publics et les salaires du personnel administratif », soulève Jessie Hale.

Actuellement, la plupart des fonds sont « basés sur des projets », ce qui signifie que les organismes sans but lucratif doivent constamment proposer de nouveaux projets et rechercher de nouveaux financements, puis rendre compte de la façon dont ce financement a été dépensé pour justifier sa réception.

« C’est extrêmement stressant et cela prend beaucoup de temps. Nous aimerions voir plus de confiance de la part des bailleurs de fonds, en particulier pour les organismes sans but lucratif qui exercent leurs activités depuis des années dans leurs collectivités et qui fournissent des services essentiels », estime Jessie Hale.

La NANPO souhaite à présent que les conversations amorcées lors de la conférence se poursuivent et que les organismes continuent à se tendre la main pour s’entraider.

L’organisation espère aussi que les bailleurs de fonds écouteront ce qui a été communiqué et examineront ce qu’ils peuvent faire afin de faciliter le travail des organismes sans but lucratif qui sont au service de leurs communautés.