le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 24 avril 2024 10:00 | mis à jour le 25 avril 2024 14:58 Société

Alimentation en milieux scolaires : davantage de jeunes Nunavummiut y auront accès

Gary Anandasangaree (gauche), ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtones, était à Iqaluit pour y annoncer un programme national d’alimentation scolaire. — Crédit : Cabinet du ministre des Relations Couronne-Autochtones
Gary Anandasangaree (gauche), ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtones, était à Iqaluit pour y annoncer un programme national d’alimentation scolaire.
Crédit : Cabinet du ministre des Relations Couronne-Autochtones
Le ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtones, Gary Anandasangaree, était à Iqaluit le 1er avril pour y annoncer un programme national d’alimentation scolaire d’un milliard de dollars sur cinq ans. Au Nunavut, plus de quatre enfants sur dix vivent avec des problèmes de sécurité alimentaire.

L’annonce du ministre Gary Anandasangaree s’est réalisée dans un cadre plus discret qu’une annonce traditionnelle avec podium, soit dans les locaux de l’Arctic Children and Youth Foundation.

Le nouveau programme national d’alimentation scolaire d’un milliard de dollars annoncé au début du mois est inclus dans le budget fédéral 2024-2025 qui a été présenté le 16 avril dernier à la Chambre des communes.

L’aide sera mise en place pour l’année scolaire à venir.

À l’échelle du Canada, l’objectif est d’offrir à environ 400 000 enfants qui ne sont actuellement pas desservis par les programmes alimentaires scolaires existants un accès à des repas plus sains.

Au Nunavut, plus de quatre enfants sur dix vivent avec des problèmes de sécurité alimentaire.

Crédit : Cabinet du ministre des Relations Couronne-Autochtones

Des ventres pleins pour un meilleur apprentissage scolaire

L’investissement annoncé offrira donc de l’aide alimentaire à 400 000 enfants de plus que ceux qui reçoivent déjà du soutien par un autre programme.

« Ce nouveau programme offrira la paix d’esprit aux parents de partout au Canada — surtout ceux qui ont du mal à suivre la hausse des prix à l’épicerie — parce qu’ils sauront que leurs enfants auront accès à des aliments sains et qu’ils seront bien pris en charge », a déclaré dans une allocution du 1er avril Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada.

Données recueillies par Statistiques Canada révèlent que 24,3 % des enfants canadiens vivent dans des ménages touchés par l’insécurité alimentaire en 2022.

Au Nunavut, cette proportion atteint environ 43 %.

Selon Gary Anandasangaree, le programme contribuera à atténuer certains des défis auxquels les jeunes sont confrontés, en particulier sur le territoire.

« Les enfants, quant à eux, n’auront pas le ventre vide à l’école. Car on sait que, quand on a faim, il est difficile d’apprendre. Mais que, après avoir mangé une collation saine, il est beaucoup plus facile de se concentrer, d’apprendre, de jouer et de s’épanouir », a ajouté Chrystia Freeland.

Durant son bref séjour de deux jours à Iqaluit, le ministre Gary Anandasangaree a aussi participé aux célébrations entourant la venue de Mary Simon, gouverneure générale du Canada, à l’occasion du 25e anniversaire du territoire.

La gouverneure générale a effectué une première visite officielle au Nunavut dans les communautés d’Iqaluit, de Kimmirut et de Qikiqtarjuaq du 1er au 4 avril 2024.

Dans le cadre de son voyage, Gary Anandasangaree a également rencontré le premier ministre P.J. Akeeagok, la Nunavut Tunngavik Inc, ainsi que l’Amautiit Nunavut Inuit Women’s Association.

Peu de détails pour le Nunavut

Afin de mettre en place le programme, le gouvernement fédéral réalisera un travail avec les provinces et les territoires ainsi qu’avec les partenaires autochtones afin d’élargir l’accès aux programmes d’alimentation scolaire d’un bout à l’autre du pays.

« Nous avons mis sur pied un groupe de travail sur le programme d’alimentation scolaire avec la Nunavut Tunngavik Inc (NTI), le ministère des Services à la famille et le ministère de la Santé », affirme Matthew Illaszewicz, directeur de la Division de l’engagement des parties prenantes au ministère de l’Éducation du Nunavut.

La NTI jouera un rôle essentiel dans l’identification et le soutien du programme d’alimentation scolaire au Nunavut.

Pour Lori Idlout, députée néo-démocrate du Nunavut, qui était présente lors de cette annonce, ce programme fera une grande différence.

Aucune information concernant le nombre d’écoles ainsi que les communautés visées par le programme n’ont pu être communiquées pour le moment.

« Notre ministère s’efforce de normaliser et d’améliorer les repas fournis aux élèves de chaque école », affirme Matthew Illaszewicz.

Questionné au sujet de l’aide alimentaire actuellement en place dans les établissements scolaires du Nunavut, le ministère n’a offert qu’une brève réponse.

« Les programmes actuels d’alimentation scolaire sont différents dans chaque collectivité selon le financement et la capacité d’offrir un programme », mentionne Matthew Illaszewicz.