le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 27 mars 2024 13:00 | mis à jour le 27 mars 2024 15:13 Communauté

Sept nouvelles écoles du territoire offriront la maternelle à temps plein

L’expansion du projet-pilote portera à 13, sur une possibilité de 27, le nombre d’écoles sur le territoire offrant la maternelle à temps plein. — Crédit : Gouvernement du Nunavut
L’expansion du projet-pilote portera à 13, sur une possibilité de 27, le nombre d’écoles sur le territoire offrant la maternelle à temps plein.
Crédit : Gouvernement du Nunavut
Le projet pilote de maternelle à temps plein a été lancé à l’automne 2023 dans cinq écoles du Nunavut pour mettre à l’essai la faisabilité d’un tel programme à la grandeur du territoire. Les commentaires positifs recueillis jusqu’à présent amènent le ministère de l’Éducation à entamer la phase 2 du projet, qui vise sept nouveaux établissements scolaires.

En 2024-2025, les jeunes étudiants de l’école Quqshuun Ilihakvik de Gjoa Haven, l’école Ulaajuk de Pond Inlet, l’école élémentaire Nuiyak de Sanikiluaq et l’école Netsilik Ilihakvik de Taloyoak pourront réaliser leur entrée dans le monde scolaire à temps plein.

Il en sera de même pour les élèves fréquentant l’école Umimmak de Grise Fiord, l’école Inuksuit de Qikiqtarjuaq et l’école Qarmartalik de Resolute Bay.

Cette expansion du projet-pilote portera à 13, sur une possibilité de 27, le nombre d’écoles sur le territoire offrant la maternelle à temps plein, puisque l’École des Trois-Soleils proposait déjà ce programme.

À moins d’imprévus, l’implantation de la maternelle à temps plein dans les sept nouveaux établissements scolaires se fera dès la prochaine rentrée.

Crédit : Gouvernement du Nunavut

Un déploiement sur plusieurs années

À moins d’imprévus, l’implantation de la maternelle à temps plein dans les sept nouveaux établissements scolaires se fera dès la prochaine rentrée.

La sélection de ces écoles a été réalisée en fonction du fait qu’elles ne nécessitent que des rénovations mineures pouvant être achevées au cours de l’été 2024.

« Tous les défis liés à l’espace seront résolus avec les rénovations et les travaux connexes qui sont prévus pour l’été 2024 », indique Kim Foster, gestionnaire des communications au ministère de l’Éducation du Nunavut.

La formule de dotation en personnel scolaire tiendra compte des enseignements supplémentaires.

Advenant que l’ajout d’employés soit justifié, le ministère de l’Éducation affirme qu’il cherchera à obtenir des fonds supplémentaires.

L’école Nanook d’Apex, l’école Victor Sammurtok de Chesterfield Inlet, l’école Qaqqalik de Kimmirut, l’école Jimmy Hikok Ilihakvik de Kugluktuk et l’école Inuglak de Whale Cove sont les cinq premiers établissements qui ont offert le programme pour l’année scolaire 2023-2024.

Pour la suite des choses, la mise en œuvre de la maternelle à temps plein se poursuivra par étapes.

Le ministère de l’Éducation n’a pas encore déterminé quelles écoles feront partie de la phase 3 ainsi que des suivantes.

Sur les 14 écoles qui n’offriront toujours pas la maternelle à temps plein en 2024-2025, 12 la rendront accessible à mesure que le financement sera disponible.

« Comme chacun de ces projets nécessitera des millions de dollars pour être achevé, le ministère de l’Éducation prévoit terminer au moins l’une de ces 12 écoles restantes par année à l’avenir », révèle Kim Foster.

Les écoles d’Arctic Bay et de Coral Harbour font déjà l’objet d’importants projets d’immobilisations, qui comprennent la mise en place de locaux pour permettre la maternelle à temps plein.

Des avantages confirmés

Les premières démarches pour établir le programme de maternelle à temps plein s’étaient amorcées en novembre 2015 lorsqu’un comité spécial avait recommandé que le ministère de l’Éducation du Nunavut explore des options en ce sens.

Puis, une étude de faisabilité réalisée par le ministère s’est terminée en 2016.

« Bien que la collecte de données et l’évaluation du projet pilote de maternelle à temps plein soient en cours, les commentaires reçus jusqu’à présent des enseignants participant au projet pilote ont été positifs », affirme Kim Foster.

Le ministère a élaboré un outil d’évaluation pour recueillir de l’information sur l’apprentissage et le perfectionnement des élèves tout au long de l’année.

La recherche a démontré que la maternelle à temps plein présente des avantages durables pour le comportement des enfants ainsi que pour leur apprentissage.

« La maternelle à temps plein donnera aux élèves l’accès à plus de temps d’enseignement pour développer leurs connaissances et leurs compétences liées à la langue et à la culture inuit, à la littératie, à la numératie, ainsi qu’à la santé et au bien-être physiques, sociaux et émotionnels », précise Kim Foster.

Les jeunes familles en tirent aussi un avantage financier puisqu’elles n’ont plus à payer pour une demi-journée de garde.