le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 27 mars 2024 13:00 | mis à jour le 27 mars 2024 15:06 Local

13 médailles et plusieurs temps fracassés pour l’équipe de patinage de vitesse

  Crédit : Nunavut Speed Skating Association
Crédit : Nunavut Speed Skating Association
Sur un total de 66 médailles remportées par le Nunavut, l’équipe de patinage de vitesse en a raflé 13 à elle seule, soit cinq d’or, deux d’argent et six de bronze.

14 athlètes composaient l’équipe de patinage de vitesse courte piste du Nunavut aux Jeux d’hiver de l’Arctique 2024. Certains d’entre eux en étaient à leur première, deuxième ou troisième participation à cet événement, ont aussi réalisé 63 meilleurs temps personnels et un meilleur temps à relais.

Akutaq Williamson Bathory, médaillée quatre fois d’or pour les distances de 500 mètres, 777 mètres, 1000 mètres et 1500 mètres, a aussi battu le record de 2006 des Jeux d’hiver de l’Arctique au 500 mètres, toutes délégations confondues, en réalisant un temps de 0:48:84.

Les 14 athlètes qui en étaient à leur première, deuxième ou troisième participation à cet événement ont réalisé 63 meilleurs temps personnels et un meilleur temps à relais.

Crédit : Nunavut Speed Skating Association

À chacun sa réussite

Les Jeux d’hiver de l’Arctique représentent une expérience enrichissante à plusieurs niveaux pour les athlètes et entraîneurs.    

« C’est quand même une grosse compétition pour le monde du sport puis c’est une place quand même le fun aussi où tu te fais des amis, tu compétitionnes, tu fais de ton mieux. Tu rencontres du monde d’autres communautés et d’autres places dans le monde », déclare Victor Pothier, rejoint par téléphone en plein cœur des Jeux.

Le jeune homme de 16 ans qui compétitionnait dans la catégorie U19 Junior en était techniquement à ses troisièmes jeux, en incluant ceux de 2020 qui ont été annulés en raison de la pandémie.

Arielle Allain de la catégorie U15 Juvénile abonde dans le même sens.

« Je pense que les Jeux sont une grande opportunité pour se faire des amis et compétitionner pour les best time », renchérit-elle.

Les meilleurs temps personnels sont d’ailleurs un élément sur lequel Martine Dupont et Hayley Roberts, entraîneuses de l’équipe portent une grande attention.

Dans un tel événement sportif, plusieurs petites réussites peuvent faire en sorte que tous les athlètes en retirent une satisfaction et le sens du travail accompli.

Avant les Jeux, chaque patineur est rencontré individuellement pour discuter de ses objectifs et s’assurer que ceux-ci sont réalistes. 

« C’est important de parler à chacun des athlètes, puis de trouver quelque chose qui est atteignable, qui est réaliste puis qui va les rendre fiers », indique Martine Dupont.

Affirmant d’abord humblement que la première partie des Jeux se déroule bien pour elle, Arielle Allain déclare ensuite avoir remporté la médaille de bronze sur la distance du 400 mètres.

Atteindre le podium faisait partie de ses objectifs personnels alors qu’elle n’y était pas parvenue aux Jeux précédents.

L’athlète a aussi obtenu une médaille d’argent au relais 3000 mètres avec ses coéquipières Lucy Kwon, Micah Dewar et Katya Brown.

Micah Dewar a de son côté obtenu pour la première fois un temps sous les 50 secondes au 400 mètres.

Comme le veut la tradition démarrée il y a plusieurs années et qui est personnelle au Nunavut, elle a ainsi eu droit à un gâteau qu’elle a pu partager avec l’équipe pour célébrer cette victoire. 

Le même rituel existe pour un athlète Junior qui parvient à réaliser le 500 mètres sous la barre des 50 secondes.

L’une des réussites de Lucy Kwon est d’avoir livré une meilleure performance à chacune de ses trois courses du lundi et avoir répété l’exploit le lendemain.

« Dans les deux jours que j’ai patinés, j’ai eu six personal best et je suis fière de ça », lance-t-elle.

Tous ces records sont possibles puisque les athlètes ont la chance de réaliser trois fois la même distance, soit pour les qualifications, connues sous le terme « heats », la demi-finale ainsi que la finale.

C’est avec 13 médailles en poche, soit cinq d’or, deux d’argent et six de bronze, que l’équipe de patinage de vitesse est revenue au Nunavut.

Crédit : Nunavut Speed Skating Association

Une grande famille

Victor Pothier, qui faisait partie de l’équipe masculine Junior de relais, apprécie le fait de patiner en équipe parce que, quel que soit le résultat, le tout se vit ensemble.

« C’est vraiment différent que de patiner seul parce que tu tiens à ton équipe et tu veux faire sûr que tout le monde patine de son mieux », explique-t-il.

Après avoir remporté la médaille de bronze aux Jeux d’hiver de l’Arctique en 2018, l’équipe de relais masculin a récolté une médaille d’argent l’an dernier.

L’objectif était cette fois-ci d’atteindre la plus haute marche du podium pour le relais 3000 mètres, ce que l’équipe, composée de Victor Pothier, Miles Brewster, William Pothier et Justin Denis Douglas Hooey ont réussi à réaliser.

Que ce soit avec les autres patineurs ou avec les autres athlètes des Jeux, les relations sont excellentes et les encouragements sont omniprésents.

À l’aréna, toutes ces marques de soutien se font bien entendre alors que le Nunavut est reconnu pour être une délégation qui fait du bruit.

« Il y en a beaucoup qui ont mal à la gorge aujourd’hui d’avoir trop crié », rigole Martine Dupont.

Pour Hayley Roberts, il s’agit d’un grand bonheur que tout le monde s’entende si bien.

Durant la semaine de compétition, des liens sont créés entre les athlètes et les entraîneurs, puis les gens demeurent ensuite en contact et ont hâte de se revoir à d’autres événements.

« C’est une relation très spéciale que nous entretenons avec les autres délégations pour le patinage de vitesse sur courte piste », précise l’entraîneuse.

Les autres médailles des Jeux dans cette discipline sont allées à Miles Brewster avec une médaille d’argent au 500 mètres et trois médailles de bronze pour les distances de 777 mètres, 1000 mètres et 1500 mètres.

Dans la catégorie Juvénile, Gregor Paterson a obtenu deux médailles de bronze, soit l’une au 1000 mètres et une autre remportée en équipe avec Inuki Wilman et Jonah Laird lors du relais 3000 mètres.

L’équipe du Nunavut a aussi récolté plusieurs « Fair Play Award », épinglette attribuée par des membres d’autres délégations.