le Jeudi 23 mai 2024
le Mercredi 13 mars 2024 13:00 | mis à jour le 13 mars 2024 16:32 Arctique

Fraude identitaire : les sœurs Gill et leur mère Karima Manji ont été entendues à la cour de justice du Nunavut

Dans une déclaration sur la reconnaissance des faits, Karima Manji a reconnu, en tant que mère biologique d’Amira et de Nadya Gill, avoir fourni de fausses informations sur les formulaires d’inscription concernant la naissance de Nadya et d’Amira et l’éligibilité à l’inscription aux registres des organismes Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI) et Qikiqtani Inuit Association (QIA) en février 2016.  — Crédit : capture d’écran – www.marchofdimes.ca
Dans une déclaration sur la reconnaissance des faits, Karima Manji a reconnu, en tant que mère biologique d’Amira et de Nadya Gill, avoir fourni de fausses informations sur les formulaires d’inscription concernant la naissance de Nadya et d’Amira et l’éligibilité à l’inscription aux registres des organismes Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI) et Qikiqtani Inuit Association (QIA) en février 2016.
Crédit : capture d’écran – www.marchofdimes.ca
Le 5 février 2024, Nadya et Amira Gill ainsi que leur mère Karima Manji ont été entendues à la cour de justice du Nunavut à Iqaluit. Karima Manji a plaidé coupable devant la juge Mia Manocchio. Selon son avocat maitre J. Scott Cowan, Mme Manji a assumé l’entière responsabilité des faits qui lui sont reprochés.

« Nous présenterons d’autres arguments sur ses antécédents et pour contextualiser les circonstances de la transaction lorsque nous reviendrons devant la juge Manocchio le 24 juin 2024 », a-t-il indiqué dans un courriel adressé à Médias ténois.

Dans une déclaration sur la reconnaissance des faits, Karima Manji a reconnu, en tant que mère biologique d’Amira et de Nadya Gill, avoir fourni de fausses informations sur les formulaires d’inscription concernant la naissance de Nadya et d’Amira et l’éligibilité à l’inscription aux registres des organismes Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI) et Qikiqtani Inuit Association (QIA) en février 2016.

Karima Manji a aussi reconnu avoir fourni à ses filles les cartes d’inscription frauduleuses au registre des Inuit alors que celles-ci ont déclaré ignorer que ces cartes étaient frauduleuses.

À la suite de cette tromperie, Nadya et Amira Gill ont toutes deux reçu des fonds de parrainage de la part de l’organisme Kakivak basé à Iqaluit. De septembre 2020 à mars 2023, le montant total versé aux sœurs a été de 158 254,00 $.

Dans une déclaration du 6 juillet 2023, Brandon Meawasige, vice-président de l’organisme Indspire, a confirmé que Nadya et Amira Gill ne faisaient plus partie de la liste des étudiants boursiers et le remboursement des sommes reçues par les sœurs a été demandé.

L’organisme n’a cependant pas révélé le montant total à rembourser ni les délais accordés pour ce remboursement.

« Les programmes d’Indspire exigent une preuve d’identité autochtone, et nous prenons très au sérieux toute fausse représentation de cette preuve. […] Indspire a demandé la restitution de tous les fonds que Nadya et Amira Gill ont reçu dans le cadre du programme Building Brighter Futures d’Indspire. »

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que Karima Manji fait face à la justice. Le 16 aout 2017, elle a été condamnée pour un chef d’accusation de fraude de plus de 5 000 $ lorsqu’elle était employée de la société d’habitation à but non lucratif La marche des dix sous de l’Ontario. Il lui avait notamment été reproché d’avoir détourné les fonds de l’organisme pour meubler son propre logement.