le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 28 février 2024 13:00 Actualités

Le gouvernement du Nunavut et Agnico Eagle officialisent leur collaboration

  Crédit : Nick Blachford
Crédit : Nick Blachford
Un protocole d’entente a été signé le 8 février dernier entre David Akeeagok, ministre du Développement économique et des Transports du Nunavut et l’entreprise minière Agnico Eagle. Effective dès sa signature, l’entente vise à promouvoir un développement économique responsable, à favoriser des avantages et des possibilités mutuels et à permettre aux Nunavummiut d’occuper des emplois importants dans le secteur minier.
Crédit : Nick Blachford

Trois ans se sont écoulés depuis les premières discussions menant à la signature du protocole d’entente entre le gouvernement du Nunavut et Agnico Eagle.

L’acquisition de Hope Bay par la compagnie minière est l’un des facteurs expliquant ce délai.

La signature de cet accord s’avérait nécessaire pour établir un cadre de coopération et de transparence entre le gouvernement du Nunavut, Agnico Eagle et la Kitikmeot Inuit Association.

Au Nunavut, le secteur minier représente plus de 40 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et est actuellement le plus important employeur du secteur privé sur le territoire.

Améliorer la collaboration existante

Cette entente permet d’assurer le développement global et le bien-être de la communauté et de ses membres.

« Il s’agit d’un engagement entre le gouvernement du Nunavut, Agnico Eagle et la Kitikmeot Inuit Association à collaborer sur des questions prioritaires et à faire progresser un développement social significatif à Kitikmeot. Ce nouveau partenariat contribuera à accroître les avantages pour nos collectivités en optimisant l’utilisation efficiente et efficace des ressources disponibles », résume Weichien Chan, gestionnaire des communications au ministère du Développement économique et des Transports du Nunavut.

Les principaux points de cet accord comprennent l’établissement d’un cadre structuré pour des réunions régulières entre les hauts représentants des trois parties concernées.

« Ces réunions visent à faciliter les discussions et les processus décisionnels, en veillant à ce que les principaux décideurs participent activement », indique Véronique Béliveau, conseillère en communications pour Agnico Eagle.

L’entente décrit aussi la prestation d’une orientation entre les organisations et l’affectation potentielle de fonds pour appuyer cet accord.

Le mieux-être et le soutien communautaires, l’éducation, la formation et le développement économique des collectivités font partie des domaines d’intérêt mutuel que les parties souhaitent aborder.

À cela s’ajoutent les infrastructures, la surveillance socio-économique propre au projet ainsi que le logement.

Pour Agnico Eagle, l’un des avantages d’avoir conclu cet accord est d’officialiser et d’améliorer les processus de collaboration en créant un lieu structuré pour un engagement officiel avec toutes les parties concernées à la même table.

« De plus, cette entente renforcera et appuiera nos ententes existantes sur les répercussions et les avantages pour les Inuit et s’harmonisera avec nos exigences socio-économiques de Hope Bay dans la région. En formalisant ces processus, nous visons à assurer des avantages à la fois à la communauté locale et aux opérations de notre entreprise », ajoute Véronique Béliveau.

Viser un développement responsable

Le ministère affirme que l’industrie de l’exploration et de l’exploitation minière est une pierre angulaire de l’économie du Nunavut, créant de nombreuses possibilités pour les entreprises inuit et une qualité de vie élevée et durable pour les Nunavummiut.

Depuis le début de ses activités au Nunavut en 2010, Agnico Eagle a fourni plus de 300 millions de dollars en revenus d’emploi aux Inuit dans tous les sites du Nunavut; une somme qui exclut les honoraires payés aux entrepreneurs.

En 2022, Agnico Eagle et ses entrepreneurs ont déclaré un emploi total de 3 850 personnes dans tous les sites du Nunavut dont plus de 500 étaient des Inuit.

Bien que les retombées économiques dans ce secteur soient significatives pour le territoire, l’un des points majeurs du protocole d’entente demeure de promouvoir un développement économique responsable.

« Cela signifie qu’en plus d’accroître les avantages socio-économiques des activités minières, l’entreprise veille à ce que le développement minier responsable soit effectué de manière à minimiser les impacts sur l’environnement et la faune. Cela peut comprendre des mesures d’atténuation particulières fondées sur l’Inuit Qaujimajatuqangit et les connaissances scientifiques, comme la fermeture de routes en présence de caribous », informe Weichien Chan.

Pour l’entreprise minière, viser un développement économique responsable signifie qu’il faut donner la priorité à la gérance de l’environnement, au bien-être des collectivités locales, aux engagements régionaux et promouvoir l’autonomisation économique au moyen d’initiatives et de partenariats ciblés.

En 2020, Agnico Eagle a lancé le projet Inunnguiniq qui consiste en un investissement de 5 millions de dollars dans des formations liées au secteur minier et pour des programmes de santé mentale sur le territoire.

IJL — Réseau.Presse — Le Nunavoix