le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 28 février 2024 13:00 | mis à jour le 27 mars 2024 15:36 Francophonie

Élise Imbeau : La science de l’art

Celle qui partage son temps entre les sciences, le plein-air, l’art et l’entrepreneuriat semble avoir trouvé l’équilibre pour s’épanouir en s’accomplissant. Et c’est à Ekaluktutiak qu’elle a décidé de le faire. — Alana Wahlstrom
Celle qui partage son temps entre les sciences, le plein-air, l’art et l’entrepreneuriat semble avoir trouvé l’équilibre pour s’épanouir en s’accomplissant. Et c’est à Ekaluktutiak qu’elle a décidé de le faire.
Alana Wahlstrom
Quand on écrit pour Le Nunavoix, au niveau des nouvelles communautaires, les propositions de sujets vont et viennent au gré des découvertes de notre réseau professionnel ou amical. « Tu devrais écrire sur lui! », que l’on me lance parfois. Que fait-il? « Il est francophone et habite le Nunavut… » Mais encore? Ténu comme amorce, avouons-le!

En grattant légèrement, on se rend bien compte que tout le monde a son histoire et qu’il n’y a rien de banal en ces terres arctiques. En fouillant un peu plus, on rencontre des gens qui sortent vraiment de l’ordinaire. Élise Imbeau entre dans cette catégorie. Celle qui partage son temps entre les sciences, le plein-air, l’art et l’entrepreneuriat semble avoir trouvé l’équilibre pour s’épanouir en s’accomplissant. Et c’est à Ekaluktutiak qu’elle a décidé de le faire.

« Il y a une artiste d’origine québécoise à Cambridge Bay qui a créé de magnifiques cartes de Noël pour l’Association des francophones du Nunavut. Nous avons fait affaire avec elle, tu devrais la contacter. » Voilà une amorce banale, comme j’en reçois parfois. Rien d’excitant, mais juste assez intrigant.

Élise Imbeau et son partenaire Gabriel Ferland sont les fondateurs de Viventem, une agence qui offre des services scientifiques pour faciliter les recherches en Arctique dans des domaines aussi variés que la traduction, l’échantillonnage ou l’organisation d’expéditions sur le terrain.

Dani Nowosad

Un tour rapide sur Etsy, ce vivier de talents artistiques en ligne, pour voir ses propositions. Effectivement, c’est du beau de chez beau! Une rencontre téléphonique plus tard, ce n’est plus seulement l’artiste qui épate, mais bien l’individu et son parcours atypique.

Études en écologie à l’Université de Sherbrooke, cours en guide d’aventure à Gaspé puis maîtrise en limnologie à Chicoutimi, lentement mais sûrement, le Grand Nord et ses opportunités se retrouvent sur le chemin d’Élise Imbeau. En début de carrière, elle s’embarque pour l’Extrême Arctique canadien et passera quelque temps comme technicienne de terrain à Ward Hut, un îlot situé au 83e parallèle, quelque 5 kilomètres au nord de l’île d’Ellesmere, à 750 km du pôle Nord géographique.

Plus tard, en poste à la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA), située à Ekaluktutiak, elle découvre un mode de vie stimulant dans une communauté accueillante et ouverte.

Après son contrat, elle se lance dans l’entrepreneuriat avec son partenaire Gabriel Ferland, guide spécialisé en milieu arctique, pour pouvoir conjuguer passion et travail dans leur communauté d’adoption. Ensemble, ils fondent Viventem, une agence qui offre des services scientifiques pour faciliter les recherches en Arctique dans des domaines aussi variés que la traduction, l’échantillonnage ou l’organisation d’expéditions sur le terrain.

Quatre ans plus tard, ils ont ainsi créé de l’emploi pour une dizaine de personnes localement.

L’art par nécessité

Élise Imbeau s’est mise au dessin pour se faire comprendre. Elle s’est rendu compte qu’en illustrant elle-même ses communications scientifiques, que tout devenait plus clair pour ses collègues.

L’intérêt pour ses présentations s’est fait grandissant et elle a poursuivi dans cette veine. Avec le temps, elle a commencé à recevoir des commandes de gens qui admiraient ses talents. Un portrait pour un finissant, une carte de souhaits, puis des boucles d’oreilles, ce passe-temps est devenu un petit business amusant sur le côté.

À la recherche d’un moyen de partager ses créations, elle est tombée sur le site de vente en ligne Etsy qu’elle trouva facile d’usage. Peu après, les commandes sont parvenues d’un peu partout au pays. Ses dessins de couleurs vives aux thèmes nordiques et animalier font des heureux. Après près de 700 ventes, les avis restent plus qu’enthousiastes.

C’est dans son conteneur-maison à énergie solaire complètement autonome, situé à une dizaine de kilomètres de la ville, en pleine toundra, qu’elle met ses talents en œuvre entre deux parties de chasse sur le territoire ou un voyage de pêche.

Concilier travail et loisir dans le climat rude et l’isolation de l’île Victoria n’est pas mince affaire, pourtant, en raccrochant avec Élise Imbeau, il faisait nul doute qu’elle avait trouvé son terrain de jeux et son confort!

Son agence scientifique : www.viventem.ca
Son art : www.etsy.com/ca/shop/Viventem

Selon la page Etsy d’Élise, tous les profits sont réinvestis dans son agence de soutien scientifique locale située à Ekaluktutiak ᐃᖃᓗᒃᑑᑦᑎᐊᖅ (Cambridge Bay), au Nunavut.

Courtoisie Élise Imbeau

L’art d’Élise se trouve sur sa page Etsy : www.etsy.com/ca/shop/Viventem.

Courtoisie Élise Imbeau

Élise Imbeau s’est mise au dessin pour se faire comprendre. Elle s’est rendu compte qu’en illustrant elle-même ses communications scientifiques, que tout devenait plus clair pour ses collègues.

Courtoisie Élise Imbeau