le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 14 février 2024 13:00 | mis à jour le 23 février 2024 16:36 Local

Une nouvelle formation en coiffure à Iqaluit

Tombée amoureuse de la coiffure à l’adolescence, Jennifer Lindell considère important qu’une offre de formation dans les soins de beauté soit disponible auprès des Nunavummiut. — Courtoisie Jennifer Lindell
Tombée amoureuse de la coiffure à l’adolescence, Jennifer Lindell considère important qu’une offre de formation dans les soins de beauté soit disponible auprès des Nunavummiut.
Courtoisie Jennifer Lindell
En collaboration avec Jennifer Lindell, styliste en coiffure à Iqaluit, l’organisation Ilitaqsiniq propose la formation Nujalirigiuqsaniq, qui se veut un programme d’introduction de dix jours dans le domaine de la coiffure. Destiné aux Inuit du Nunavut de toutes les communautés, ce cours permettra à ses participants de parfaire leurs connaissances concernant la coupe de cheveux, la coloration et l’application de traitements.

En offrant une formation dans le domaine de la coiffure qui est accessible à toutes les collectivités, Ilitaqsiniq poursuit son objectif d’autonomiser les communautés du territoire.

Les participants intéressés avaient jusqu’au 9 février dernier pour tenter d’obtenir l’une des huit à dix places disponibles pour apprendre les bases du métier.

Les candidatures hors Iqaluit étaient aussi les bienvenues avec l’octroi de mesures incitatives telles que le paiement des frais de transport et de logement pour la durée de la formation qui s’échelonnera du 26 février au 8 mars prochains.

Se faire former chez soi

Depuis une quinzaine d’années, Jennifer Lindell est à la tête de son entreprise : le salon Jenn 87 Hairstyling à Iqaluit.

L’art inuit et les éléments de design traditionnels occupent une place centrale dans le local de l’entreprise, dont le logo est représenté par le mélange d’un ulu et d’une paire de ciseaux.

Celle qui est tombée amoureuse de la coiffure à l’adolescence considère important qu’une offre de formation dans les soins de beauté soit disponible auprès des Nunavummiut.

Elle estime que les coiffeurs sont très recherchés, mais qu’il n’y en a que peu ou pas de disponibles.

Jennifer Lindell souhaite donc s’engager à créer des perspectives d’emploi pour les résidents du territoire en les formant et en les recrutant.

Elle estime qu’ainsi, les Nunavummiut auront davantage de services accessibles dans le domaine.

« Je suis d’accord avec ce genre de programme parce que je pense qu’il est important de transmettre les connaissances. Le Nunavut n’a pas de formation disponible dans l’industrie de la beauté. Ce ne sont pas tous les Inuit qui veulent quitter leur maison, leur territoire, alors c’est pour cette raison que j’aime donner de la formation. J’aime aussi m’engager auprès des autres », affirme-t-elle.

La femme apprécie beaucoup que son expérience puisse être utile à autrui.

« Ce que j’aime dans la transmission de mes connaissances, c’est de savoir que quelqu’un d’autre avec la même passion que moi peut apprendre et poursuivre sa carrière », affirme-t-elle.

De l’observation… à la pratique

Pour l’aider et l’appuyer tout au long de ces dix jours, Jennifer Lindell sera accompagnée de trois professeurs.

Au début de leur formation, les participants manipuleront d’abord des cheveux de mannequins, puis auront progressivement la chance de mettre leurs connaissances en pratique sur de vrais modèles.

Dans le passé, Jennifer Lindell s’est formée principalement par l’entremise de Skills Canada et par elle-même.

« Mais grâce à Ilitaqsiniq, nous sommes en mesure d’inviter un plus large éventail d’Inuit », souligne-t-elle.

Melanie Illauq habite à Clyde River et a soumis sa candidature pour ce programme.

Elle affirme connaître les bases du métier de coiffeuse et aime particulièrement effectuer des coupes de cheveux.

Son objectif est d’en faire son travail dans le futur.

Dorcas Kidlapik résidait auparavant à Naujaat, mais demeure à Iqaluit depuis quelques semaines.

Possédant de son côté que quelques connaissances en coiffure, elle aimerait aussi devenir l’une des participantes de cette formation.

« Je veux en savoir plus et ça m’occupera », déclare-t-elle.

Pour elle, cette offre de formation représente avant tout une opportunité d’accéder à un emploi par la suite.

IJL — Réseau.Presse — Le Nunavoix