le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 14 février 2024 13:00 | mis à jour le 23 février 2024 16:36 Arctique

À ce rythme, il faudra 58 ans pour concrétiser la réconciliation

  Nelly Guidici
Nelly Guidici
Les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation (CVR) auraient dû être concrétisés plus rapidement, c’est ce qu’affirme l’institut Yellowhead dans un rapport publié en décembre 2023.
Nelly Guidici

Pour Eva Jewell et Ian Mosby, auteurs de ce rapport, face à l’extrême lenteur de la mise en place des appels à l’action, il est clair qu’un changement transformateur est nécessaire. Cependant, « l’espoir de voir les communautés autochtones imposer ce changement demeure ».

Rendu public en 2015, le rapport final de la CVR a répertorié 94 appels à l’action destinés au gouvernement fédéral, aux gouvernements provinciaux et territoriaux, mais aussi à l’Église, aux médias ou encore aux institutions muséales.

L’institut Yellowhead qui dépend de l’université Toronto Metropolitan en Ontario déplore que, depuis les huit dernières années, la plupart des appels à l’action n’aient pas été concrétisés. Des obstacles bureaucratiques et un décalage flagrant entre les paroles et les actes du gouvernement fédéral sont notamment pointés du doigt.

« Depuis que nous observons chaque année le bilan du Canada sur ses prétendus progrès, nous avons maintenu la tension entre la promesse de réconciliation et la réalité – et nous sommes exaspérés par le profond fossé qui sépare les deux et frustrés par l’écart entre l’inaction et les mythes fantastiques de bienveillance du Canada », peut-on lire dans le rapport de 24 pages.

Entre 2015 et 2017, plusieurs déclarations du premier ministre Justin Trudeau avaient suscité l’espoir. Le 21 juin 2017, il a déclaré lors de la Journée nationale des Autochtones que « [le gouvernement] est en train d’examiner toutes les lois et politiques fédérales qui touchent les Autochtones et nous mettons en œuvre progressivement les appels à l’action énoncés dans le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation. »

Malgré cette volonté affichée, aucun appel n’a été concrétisé en 2020 et de nombreuses inégalités entre les peuples autochtones du Canada se sont aggravées en raison de la pandémie de COVID-19. Puis dans les trois semaines qui ont suivi la découverte des tombes non marquées d’enfants du pensionnat de Kamloops (en Colombie-Britannique) en 2021, trois appels à l’action ont été réalisés.

« Nous avons rapidement compris que cette réponse rapide était une tentative de redorer le blason du Canada sur la scène médiatique internationale », pensent Eva Jewell et Ian Mos

Aujourd’hui, seulement treize des 94 appels à l’action ont été concrétisés. Si le Canada continue à ce rythme, il faudra encore 58 ans pour que les appels à l’action soient achevés. À cette cadence, « les peuples autochtones devront attendre jusqu’en 2081 pour se réconcilier », indique le rapport.