le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 17 janvier 2024 13:00 | mis à jour le 28 février 2024 15:09 Arctique

L’avenir demeure incertain pour la réserve faunique nationale de l’Arctique

Le grand chef Kenny Kyikavichik du Conseil tribal des Gwich’in aux TNO a rencontré Jared Huffman, membre de la Chambre des Représentants à Washington DC. — Crédit : Courtoisie grand chef Kenny Kyikavichik
Le grand chef Kenny Kyikavichik du Conseil tribal des Gwich’in aux TNO a rencontré Jared Huffman, membre de la Chambre des Représentants à Washington DC.
Crédit : Courtoisie grand chef Kenny Kyikavichik
Une délégation de neuf personnes du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest s’est rendue à Washington DC. Trois représentants de la Première Nation Vuntut Gwitchin, trois personnes de la Première Nation Na-Cho Nyäk Dun au Yukon ainsi que trois personnes du Conseil tribal des Gwich'in ont accompagné une délégation gwich’in de l’Alaska du 6 au 7 décembre 2023 afin de rencontrer des sénateurs américains et discuter de l’avenir de la réserve faunique nationale de l’Arctique en Alaska.

À ce jour, aucune décision de protection permanente de cette région n’a été prise par l’administration Biden.

Alors qu’une période de commentaires publics a pris fin le 7 novembre 2023, l’avenir de cette zone est toujours marqué par l’incertitude. Le grand chef Kenny Kyikavichik du Conseil tribal des Gwich’in basé aux Territoires du Nord-Ouest a rappelé à quel point les nations gwich’in du Canada sont « unies dans leur opposition à tout développement dans la réserve faunique nationale de l’Arctique — lieu de naissance du caribou de la harde Porcupine. »

Ces deux jours dans la capitale des États-Unis ont été l’occasion de discussions fructueuses avec les législateurs comme Jared Huffman, membre de la Chambre des Représentants depuis 2013. Pour M. Huffman qui plaide pour une protection de la réserve faunique nationale de l’Arctique, il est important d’écouter les peuples autochtones dans le contexte du réchauffement climatique qui s’accélère, en particulier en Arctique.

« Augmenter l’empreinte carbone de notre pays, c’est exposer nos communautés côtières à de futures catastrophes, pense-t-il. Non seulement ce projet de loi donne accès à l’une des régions les plus sensibles sur le plan écologique, les plus uniques et les plus difficiles à forer de manière productive, mais il annule les avancées significatives réalisées par l’administration Biden pour protéger les terres que les nations tribales occupent depuis des temps immémoriaux, poursuit-il. Il existe de meilleurs moyens de créer l’indépendance énergétique et nous pouvons certainement trouver de meilleurs moyens à long terme pour le développement économique de l’Alaska. »

Une transition des communautés qui dépendent de l’industrie des combustibles fossiles vers des activités qui ne détruisent pas l’environnement et la création d’emplois à long terme qui en découlera est l’une des solutions avancées par M. Huffman.

Nagruk Harcharek, président de l’organisme Voice of the Arctic Iñupiat dénonce un manque de consultation du peuple Iñupiat dans le dossier de la Réserve faunique nationale de l’Arctique en Alaska.

Crédit : Voice of the Arctic Iñupiat

Les Iñupiat dénoncent un manque de consultation

Voice of the Arctic Iñupiat, l’organisme qui représente le peuple Iñupiat en Alaska depuis 2015, n’est pas satisfait de la façon dont l’administration Biden a ignoré la position des Iñupiat dans ce dossier. Dénonçant une pratique qui vise à les réduire au silence, Nagruk Harcharek, président de l’organisme depuis 2022, estime que l’administration Biden a mal géré, voire ignoré les déclarations des communautés qui n’ont pas eu assez de temps pour se préparer à la période de commentaires qui a fait suite à l’annulation des baux en septembre 2023.

Les dirigeants Iñupiat ont demandé à plusieurs reprises, auprès du Bureau of Land Management, une prolongation de la période de consultation publique de 120 jours.

« Nous n’avons obtenu qu’une prolongation de quinze jours, soit une fraction de notre demande, pour permettre à nos communautés d’examiner les 1400 pages du projet régissant la zone. Cette période de consultation publique n’était pas suffisante pour permettre à nos communautés d’examiner de manière significative la règle proposée par l’administration ou de fournir des informations en retour », déplore-t-il dans une réponse envoyée par courriel.

Leurs multiples demandes de rencontre avec la Secrétaire à l’Intérieur, Deb Haaland, sont également restées sans réponse : « même la secrétaire Haaland se dérobe à son devoir de dialoguer avec les Iñupiat (…) au sujet des décisions prises par l’administration (Biden) le 6 septembre. »

À ce jour, Mme Haaland a ignoré ou refusé au moins huit demandes de réunion émanant des dirigeants des communautés. Le changement climatique n’est pas une excuse pour faire taire les communautés qui vivent sur ce territoire depuis des milliers d’années selon M. Harcharek.

« En tant que peuple, nous faisons partie intégrante de ce paysage et sommes indissociables des décisions concernant ces terres. Or, les décisions unilatérales du gouvernement fédéral concernant nos terres ancestrales ignorent régulièrement nos voix, alors qu’elles ont un impact considérable sur notre économie régionale, la viabilité de nos communautés et l’avenir de notre culture Iñupiat. »

Si M. Harcharek comprend que l’administration Biden prend ces décisions en réponse à l’évolution du climat, le changement climatique ne peut pas être une excuse pour empiéter sur les droits distincts des peuples autochtones, d’après lui.

« Le gouvernement fédéral ne peut pas annuler les droits des peuples vivant dans l’Arctique au nom du changement climatique », rappelle M. Harcharek.

L’organisme Voice of the Arctic Iñupiat souhaite que la réserve faunique nationale de l’Arctique où se trouve une seule communauté Iñupiat, Kaktovik, soit ouverte aux projets de développement des ressources pétrolières et gazières.

« Ces projets sont vitaux pour l’avenir collectif du peuple Iñupiat », conclut le président de l’organisme.

IJL – Réseau.Presse – Arctique