le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 6 décembre 2023 11:21 | mis à jour le 7 mars 2024 11:25 Société

Un programme axé sur la reconnaissance des qimmiit

  Crédit : Isaac Demeester - Unsplash
Crédit : Isaac Demeester - Unsplash
Sous la forme d’un projet-pilote depuis mars 2020, le programme Qikiqtani Qimuksiqtiit de la Qikiqtani Inuit Association, qui apporte une aide financière aux propriétaires de chiens de traîneau, devient permanent. Devant la forte demande, l’organisation prévoit pour l’année 2023 un budget de 275 000 $ qui permettra de donner suite à toutes les requêtes reçues.

Le 14 août 2019, la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord Canada (RCAANC), Carolyn Bennett, a officiellement reconnu les conclusions de la Commission de vérité du Qikiqtani et a présenté des excuses officielles pour les torts passés.

Ces pardons sont venus avec un engagement financier de créer le Fonds Saimaqatigiingniq afin de concevoir et d’élaborer des programmes visant à promouvoir la culture, la guérison et le bien-être des générations inuit actuelles et à venir.

Dans le cadre du programme de revitalisation de Qimmiit, la Qikiqtani Inuit Association (QIA) investie auprès des Inuit du Qikiqtani qui sont impliqués dans les pratiques de chiens de traîneau et ceux qui y aspirent.

Depuis 2020, un total de 224 subventions a été accordé aux Inuit de la région.

Une hausse des demandes

Au cours du projet-pilote qui aura duré trois ans, les demandes pour le programme Qikiqtani Qimuksiqtiit ont augmenté de façon constante de 25 %.

De 2020 à 2021, le nombre d’applications est passé de 63 à 77, pour finalement atteindre 84 demandes l’an dernier.

« Le succès du projet pilote a été évident dans les commentaires et le nombre de candidats reçus et nous sommes fiers de poursuivre notre travail vers le saimaqatigiingniq », a déclaré par voie de communiqué Liza Ningiuk, gestionnaire de portefeuille à l’Association inuit du Qikiqtani.

L’organisation s’attend d’ailleurs à une augmentation continue des demandes dans le futur.

Pour évaluer si la permanence de ce programme était justifiée, un sondage a été réalisé auprès des Inuit qui ont eu accès à ces fonds.

« Les principaux critères de réussite sondés étaient la réduction des obstacles à la gestion d’une équipe de chiens, le renforcement de la culture inuit et l’augmentation de la participation et de l’appréciation à l’élevage de chiens », indique Karen Flaherty, directrice du département des communications stratégiques à l’Association inuit du Qikiqtani.

Les Inuit du Qikiqtani, qui ont cinq chiens ou plus, ont jusqu’au 31 décembre 2023 pour s’inscrire au programme qui offre une aide financière pour chaque nouvelle année fiscale.

Alors que le montant remis était de 3000 $ lors des années précédentes, il a été bonifié à 3500 $.

Cette somme sera distribuée aux bénéficiaires d’ici le 31 janvier 2024.

Des utilisations diverses

L’argent remis est destiné à couvrir l’entretien et les dépenses entourant les chiens de traîneau.

Des articles tels que la nourriture pour chiens, les harnais, la corde, les matériaux pour construire le qamutik, le bois d’œuvre ou les grillages font partie de la liste de coûts pouvant être couverts par cette aide.

L’achat de colliers, de chaînes, les frais reliés aux vaccins ou d’autres coûts vétérinaires sont aussi admissibles.

Qilliqti Joshua Ivalu réside à Igloolik et applique à ce programme depuis sa création.

Avec un attelage de dix chiens, les fonds qui lui sont remis par le programme Qikiqtani Qimuksiqtiit sont les bienvenus et sont utilisés à plusieurs fins.

D’emblée, il cite l’achat de cordes, de harnais, de chaînes et de nourriture.

« En fait, 3500 $ est encore peu, mais cela est très utile », confirme Qilliqti Joshua Ivalu.

IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix