le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 6 décembre 2023 11:25 | mis à jour le 7 mars 2024 11:27 Arctique

La Marine royale canadienne montre sa présence au Nunavut

Le NCSM Max Bernays fait partie de la classe de navires visant à améliorer la capacité de la MRC d’affirmer sa souveraineté du Canada dans l’Arctique et dans les eaux côtières canadiennes, en plus d’appuyer les opérations internationales. — Crédit : Max Beranys - RCN / MRC – Flickr
Le NCSM Max Bernays fait partie de la classe de navires visant à améliorer la capacité de la MRC d’affirmer sa souveraineté du Canada dans l’Arctique et dans les eaux côtières canadiennes, en plus d’appuyer les opérations internationales.
Crédit : Max Beranys - RCN / MRC – Flickr
La Marine royale canadienne a procédé le 8 novembre dernier à une cérémonie d’affiliation entre le Navire canadien de Sa Majesté, le NCSM Max Bernays et la région du Kitikmeot. La Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique de Cambridge Bay était l’hôte de la cérémonie, qui se veut une ancienne tradition navale se poursuivant pendant toute la durée de vie en service du navire.

La Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique de Cambridge Bay était l’hôte de la cérémonie d’affiliation entre le NCSM Max Bernays et la région du Kitikmeot.

Crédit : RCN / MRC – Flickr

En 2017, la Marine royale canadienne (MRC) a décidé d’associer les nouveaux navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique de la classe Harry DeWolf à des collectivités du Nord.

Le NCSM Max Bernays fait partie de cette classe de navire qui vise à améliorer la capacité de la MRC d’affirmer sa souveraineté du Canada dans l’Arctique et dans les eaux côtières canadiennes, en plus d’appuyer les opérations internationales.

Cette association permet à la MRC d’entrer en contact avec les habitants du Nord, de mettre en évidence les liens avec des régions souvent négligées par les Canadiens du Sud et de montrer que l’organisation est prête à opérer dans les eaux de l’Arctique.

Une flotte de six navires

La classe de navire Harry DeWolf comprend six navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique
(NPEA).

Le NCSM Harry DeWolf, le NCSM Margaret Brooke et le NCSM Max Bernays sont respectivement associés aux régions du Qikiqtani, du Nunatsiavut à Terre-Neuve-et-Labrador et du Kitikmeot.

Robert Greenley, président de l’Association inuite de Kitikmeot a exprimé sa satisfaction que l’un des nouveaux navires de la MRC soit affilié à sa région.

« Nous sommes impatients de le voir naviguer dans nos eaux pour témoigner de la souveraineté canadienne et nous espérons que les membres de nos communautés pourront le voir de leurs propres yeux lorsqu’il fera escale dans nos communautés. Nous sommes également impatients d’établir des liens étroits avec l’équipage et le commandement de ce nouveau patrouilleur de l’Arctique ultramoderne », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Les affiliations restantes dans l’Inuit Nunangat, soit dans les régions du Kivalliq, de l’Inuvialuit dans les Territoires du Nord-Ouest et du Nunavik au Québec se produiront au fur et à mesure que chacun des NPEA sera intégré à la flotte de la MRC.

« Les associations avec le Nord sont axées sur une compréhension commune, l’échange d’idées, l’établissement de relations et le respect mutuel entre la Marine et les collectivités du Nord. Elles créent des occasions d’apprentissage par l’entremise d’activités communautaires, d’initiatives et d’interactions culturelles », explique Capitaine Zoë Dubé des Affaires publiques de la Marine royale canadienne.

Collaborer avec la communauté

L’association avec le Nord vise principalement à établir des liens et des relations entre les habitants d’une région et le navire qui lui est associé en mettant en place différentes collaborations.

« L’équipage du NCSM Max Bernays travaillera avec les dirigeants locaux, les groupes de jeunes, la Kitikmeot Inuit Association et le gouvernement du Nunavut afin d’établir une relation par laquelle nous nous efforcerons d’acquérir des connaissances sur le riche patrimoine de chacun », affirme la Capitaine Zoë Dubé.

Au cours des prochaines années, les six NPEA et leurs équipages continueront à tisser des liens avec les communautés de ces régions lors des opérations de routine dans les eaux nordiques du Canada.

« Les relations établies entre l’Inuit Nunangat et les NPEA de la MRC créeront des partenariats solides qui susciteront la fierté de l’équipage du navire et des communautés qu’il représentera », ajoute la capitaine.

En raison de leur caractère polyvalent, les navires de la classe Harry DeWolf peuvent être utilisés pour diverses missions telles que la surveillance côtière, la recherche et le sauvetage, la lutte contre le trafic des drogues, le soutien aux partenaires internationaux, l’aide humanitaire et les secours en cas de catastrophe.

Récemment, le NCSM Harry DeWolf a participé à l’Opération NANOOK qui est la principale opération des Forces armées canadiennes (FAC) dans le Nord.

Durant cette opération, les FAC exercent la défense et la sécurité du Canada dans les régions septentrionales, améliorent leur capacité d’opérer dans un environnement difficile, améliorent la coordination avec les gouvernements autochtones, fédéral et territoriaux ainsi qu’avec les partenaires septentrionaux.

L’Opération NANOOK favorise aussi une collaboration étroite avec les partenaires de mission, les autres pays arctiques et les principaux alliés pour répondre efficacement aux enjeux de sécurité dans le Nord.

Par voie de communiqué, P.J. Akeeagok, premier ministre du Nunavut s’est dit réjouit de soutenir la collaboration et la coopération en cours, notamment dans le cadre de l’opération NANOOK-TATIGIIT, qui devrait avoir lieu en 2024.