le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 22 novembre 2023 12:40 | mis à jour le 7 mars 2024 12:42 Communauté

Des aînés du Kivalliq pourront demeurer chez soi

Le nouvel établissement de Rankin Inlet pourra accueillir 24 personnes nécessitant des soins résidentiels de niveau 2 et de niveau 3 ainsi que des soins de niveau 4 et/ou de niveau 5 pour les personnes ayant des besoins plus complexes, comme la démence. — Crédit : Courtoisie Ministère de la Santé du GN
Le nouvel établissement de Rankin Inlet pourra accueillir 24 personnes nécessitant des soins résidentiels de niveau 2 et de niveau 3 ainsi que des soins de niveau 4 et/ou de niveau 5 pour les personnes ayant des besoins plus complexes, comme la démence.
Crédit : Courtoisie Ministère de la Santé du GN
Avec ses premières admissions prévues à l’été 2024, le Centre de soins de longue durée de Rankin Inlet viendra répondre à une forte demande dans la région. Ce nouvel établissement fournira un niveau élevé de soins aux Nunavummiut qui nécessitent un accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à des infirmières et à des soins de soutien.

La décision de construire un Centre de soins de longue durée à Rankin Inlet a été basée sur une évaluation des besoins réalisée sur le territoire en 2014.

Cette évaluation a permis de conclure que la région de Kivalliq, qui ne dispose que de huit lits à Arviat, avait besoin d’espaces de soins de longue durée supplémentaires par rapport aux deux autres régions qui possèdent 18 lits chacune.

Le ministère de la Santé prévoit aussi construire d’autres installations à Cambridge Bay et à Iqaluit dans l’objectif d’augmenter l’offre dans toutes les régions.

Une approche centrée sur l’individu

Le nouvel établissement de Rankin Inlet pourra accueillir 24 personnes nécessitant des soins résidentiels de niveau 2 et de niveau 3 ainsi que des soins de niveau 4 et/ou de niveau 5 pour les personnes ayant des besoins plus complexes, comme la démence.

Gérée par le ministère des Services communautaires et gouvernementaux, la construction du Centre devrait se terminer d’ici la fin d’avril 2024.

Puis, suivra la phase de mise en service d’une durée d’environ trois mois.

« Cela permet la mise en place des opérations du personnel et d’effectuer des vérifications de l’état de préparation opérationnelle des systèmes et de l’équipement du bâtiment », explique Danarae Sommerville, gestionnaire intérimaire des communications au ministère de la Santé du Nunavut.

Le ministère travaille à l’élaboration d’une méthodologie axée sur les besoins pour les admissions dans le nouvel établissement qui permettra à certains résidents déjà hébergés de retourner sur le territoire.

Les personnes admises seront aussi sélectionnées en tenant compte de divers facteurs, comme les besoins médicaux et les besoins en matière de soins.

Au cours des deux dernières décennies, les modèles de soins et la conception des bâtiments associés ont considérablement changé et l’établissement de Rankin Inlet n’y fera pas exception.

Les soins de longue durée ont évolué vers un modèle qui est davantage axé sur les résidents et sur l’individu, avec une atmosphère familiale, plutôt que vers un modèle institutionnel ou médical.

À compter de janvier 2024, le Collège de l’Arctique du Nunavut offrira à Rankin Inlet un programme de 25 semaines de préposé aux services de soutien à la personne.

Ce programme est guidé par les huit principes de l’Inuit Qaujimajatuqangit qui reflètent les valeurs sociétales inuit.

Le Collège souhaite former une cohorte de huit étudiants pour sa prochaine session.

Selon le ministère de la Santé, il s’agit d’une excellente occasion pour les Nunavummiut de se préparer à des possibilités d’emploi dans l’établissement.

Des soins culturellement adaptés

Le ministère de la Santé a collaboré avec le ministère de la Culture et du Patrimoine et l’Inuit Qaujimajatuqangit Katimajiit pour introduire des noms inuit traditionnels dans l’établissement, comme «Kataujaq» pour arc-en-ciel et «Qimugjuit» qui signifie énorme banc de neige.

Un travail est aussi réalisé pour y installer des œuvres d’art et des photos inuit.

« Pour une touche personnelle, des vitrines, faisant référence à des boîtes à souvenir, seront installées à l’extérieur de la porte de chaque résident pour permettre au résident de placer des souvenirs, des articles et des objets qui reflètent leur vie et leurs proches », souligne Danarae Sommerville.

L’établissement disposera de plusieurs espaces pour soutenir les visites familiales, la foi et les activités culturelles. 

Les membres de la famille seront considérés comme des partenaires et seront encouragés à participer activement aux soins de leur proche. 

Enfin, le Centre emploiera du personnel parlant l’inuktut et offrira de la nourriture traditionnelle à ses résidents.

IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix