le Jeudi 23 mai 2024
le Mercredi 8 novembre 2023 17:07 | mis à jour le 8 mars 2024 13:48 Sports et loisirs

Le sport, un tremplin pour la confiance en soi

Étant entraîneur personnel, offrir un événement qui met le sport de l’avant va de soi pour Michele Verrelli.  — Crédit : Michele Verrelli
Étant entraîneur personnel, offrir un événement qui met le sport de l’avant va de soi pour Michele Verrelli.
Crédit : Michele Verrelli
Michele Verrelli a un grand projet en tête pour la communauté d’Iqaluit et plus particulièrement pour les jeunes Inuit. Celui qui se surnomme le « grand frère d’Iqaluit » souhaite organiser en 2024 une compétition « Ultimate Warrior » axée sur des épreuves sportives.

Partageant son temps entre Montréal et Iqaluit depuis 9 ans, Michele Verrelli a pu constater au fil des ans les problématiques sociales présentes sur le territoire.

Devant ces difficultés, les jeunes Inuit ont, selon lui, besoin d’une petite « poussée » pour s’accomplir et augmenter leur confiance en soi. Il estime que le sport est un bon vecteur pour y arriver.

Dans les plans pour l’été prochain, la compétition « Ultimate Warrior » qu’il souhaite créer présentera des épreuves telles que le bras de fer, des courses à obstacles et le tir à la corde en équipe; activité qui mettra en valeur la force et le travail d’équipe de la communauté.

Le soulevé du pneu démontrant la puissance et représentant un symbole de résilience sera aussi à l’horaire.

Donner un coup de pouce aux jeunes

Étant entraîneur personnel, offrir un événement qui met le sport de l’avant va de soi pour Michele Verrelli.

« Quand tu fais de l’exercice, ton esprit et ta tête n’ont pas de pensées négatives. Alors, ça va aider la population », déclare-t-il.

L’homme croit énormément au pouvoir de la pratique du sport sur la santé physique et psychologique.

Enfant, lorsqu’il vivait des difficultés et qu’il ne savait pas comment les gérer émotionnellement, Michele Verrelli raconte qu’il allait s’entraîner et que cela lui permettait de faire le vide dans sa tête.

Il croit qu’un jeune qui performera bien lors d’un événement comme celui qu’il souhaite mettre sur pied saura qu’il est en mesure d’accomplir de grandes choses dans le futur.

Selon lui, plusieurs jeunes Iqalummiut vivent des difficultés et il a envie de leur donner un coup de pouce, car il en aurait eu lui-même besoin dans son enfance.  

Ayant été élevé par sa mère et ayant eu un père absent, il se dit en mesure de comprendre ces jeunes. « Moi, j’avais besoin d’une poussée quand j’étais jeune. Je sais comment un jeune peut penser. J’ai vécu ce qu’ils sont en train de vivre », explique-t-il.

L’événement ne ciblera toutefois pas seulement les enfants et sera ouvert à tous. Les compétiteurs, qui pourront s’inscrire le temps venu, seront divisés en trois catégories d’âge.

Les jeunes de 7 à 12 ans pourront découvrir l’esprit guerrier et le patrimoine culturel de manière amusante et engageante.

Les adolescents de 13 à 18 ans allieront la force, les compétences et le travail d’équipe tout en célébrant leur identité culturelle.

Enfin, les adultes de 19 ans et plus pourront tester leurs limites et contribuer à l’héritage de la culture guerrière au Nunavut.   

Le support de la communauté

Pour réaliser son projet, Michele Verrelli est actuellement à la recherche de commanditaires.

Une lettre expliquant l’événement a aussi été envoyée à la Ville d’Iqaluit pour obtenir leur autorisation ainsi que l’accès à un endroit extérieur pour la tenue de la compétition.

Alors que le projet s’articule pour le moment sous la forme d’un rassemblement annuel de quelques jours, Michele Verrelli n’exclut pas l’idée d’augmenter la fréquence de ces rendez-vous sportifs afin d’aider davantage la communauté.  

« J’aime le Nunavut, j’aime Iqaluit, j’aime les Inuit », s’exclame-t-il.

Étant bien connu dans la communauté, il dit recevoir beaucoup d’appui et de soutien pour la réalisation de son projet. 

Plusieurs jeunes ont déjà démontré leur intérêt à participer à l’événement.

« Le Nunavut a besoin de ce projet », conclut-il avec conviction.

IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix