le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 8 novembre 2023 16:32 | mis à jour le 7 mars 2024 16:36 Local

La démocratie a parlé : le maire Solomon Awa réélu

La campagne de Vincent Yvon s’articulait autour de six éléments majeurs : la transparence, la propreté de la ville, l’accessibilité à l’eau, le logement, les télécommunications et les accès routiers. — Crédit : Vincent Yvon
La campagne de Vincent Yvon s’articulait autour de six éléments majeurs : la transparence, la propreté de la ville, l’accessibilité à l’eau, le logement, les télécommunications et les accès routiers.
Crédit : Vincent Yvon
Au terme d’une campagne à trois candidats, le maire sortant d’Iqaluit, Solomon Awa, a été réélu à la mairie le 23 octobre dernier. En récoltant plus de 78 % des votes, il s’est placé loin devant ses deux adversaires francophones, Vincent Yvon et Lili Weemen.

Les résultats non officiels d’Élections Nunavut révèlent que 1007 des 1289 votes ont été donnés à Solomon Awa lors des plus récentes élections municipales d’Iqaluit.

Celui qui est devenu maire par intérim après la démission de Kenny Bell en octobre 2022 est maintenant élu pour un mandat de quatre ans.

Vincent Yvon a récolté 171 votes tandis que Lili Weeman, 90 votes.

Ce sont 1289 Iqalummiut sur une possibilité de 4201 qui se sont prévalus de leur droit de vote, soit une proportion de 30,68 %.

Un grand respect pour la démocratie

Maintenant agent de bord chez Canadian North à Iqaluit, Vincent Yvon était boulanger-cuisinier lorsqu’il habitait en France.

À Criel-sur-Mer, en Normandie, il a acquis une expérience de conseiller municipal.

En se présentant à la mairie d’Iqaluit, Vincent Yvon voulait avant tout rendre service à la communauté.

Rejoint au lendemain des résultats de l’élection, il croit que ceux-ci ne reflètent pas un vote de programme, mais un vote de communauté.

Bien qu’il estime que le résultat était connu d’avance, Vincent Yvon s’attendait toutefois à recevoir un peu plus d’appui.

« Je suis content. Je m’attendais au résultat de toute manière. Il n’avait pas du tout de secret à avoir », affirme-t-il d’entrée de jeu.

Vincent Yvon se dit à présent très ouvert à discuter avec Solomon Awa.

Même si le nouveau maire n’adhère pas à toutes ses opinions, l’homme d’origine française serait très content que l’élu prenne en considération une ou deux de ses idées et les mette en application.

Parmi celles-ci, il cite l’ouverture de la mairie à la communauté pour des périodes d’échanges ainsi que l’offre d’un service d’autobus.

« J’espère qu’il y aura quand même du changement parce qu’il y a besoin de changement », souligne Vincent Yvon.

Il suivra à présent ce mandat « de loin » et ne jugera pas les choix du maire.

« Je respecte la démocratie. Les gens l’ont élu, maintenant, il va faire ses preuves lui-même. Il n’aura pas besoin de moi. J’espère qu’il va bien faire », affirme-t-il.

La campagne de Vincent Yvon s’articulait autour de six éléments majeurs : la transparence, la propreté de la ville, l’accessibilité à l’eau, le logement, les télécommunications et les accès routiers.

Il déclare que la population a été très réceptive à ses idées et dit avoir obtenu beaucoup de support.

Celui qui ne changerait rien à sa campagne se dit particulièrement fier de ne pas être tombé dans le « jeu de la critique ».

Vincent Yvon affirme d’ailleurs qu’il n’aura aucun problème à souligner les points positifs au cours du prochain mandat.

Le nouveau conseil municipal formé

Comme il l’a fait sur les réseaux sociaux peu de temps après l’annonce des résultats, Vincent Yvon souhaite à présent bon courage au maire et aux conseillers élus pour les quatre prochaines années.

Alors que 14 candidats souhaitaient obtenir un poste au sein du conseil municipal, huit places étaient disponibles.

Cinq conseillers municipaux ont été réélus soit, en ordre des candidats ayant récolté le plus de votes, Kim Smith, Romeyn Stevenson, Kyle Sheppard, Samuel Tilley et Simon Nattaq.

Les trois autres postes sont maintenant occupés par Harry Flaherty, Methusalah Kunuk et Jack Anawak.

« Le dommage c’est qu’il n’y a pas eu vraiment de changement dans le conseil municipal. C’est toujours les mêmes personnes. Un peu dommage, mais c’est comme ça. C’est les gens qui choisissent ce qu’ils veulent, c’est la démocratie », conclut Vincent Yvon qui ne ferme pas la porte aux élections de 2027.

IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix