le Mercredi 29 mai 2024
le Mercredi 27 septembre 2023 16:47 | mis à jour le 21 mars 2024 16:50 Société

22 circonscriptions électorales pour 25 communautés : le défi d’une représentation juste au Nunavut

Photo tirée du Rapport 2023 lors d'une rencontre dans une communauté. — Crédit : Élections Nunavut
Photo tirée du Rapport 2023 lors d'une rencontre dans une communauté.
Crédit : Élections Nunavut
Créée le 26 octobre 2022, la quatrième Commission de délimitation des circonscriptions électorales du Nunavut a terminé ses consultations et ses délibérations menant à la production de son rapport pour 2023. À la suite de cet exercice, les commissaires ont émis quatre recommandations concernant les limites des circonscriptions électorales sur le territoire.

La première commission de délimitation des circonscriptions électorales du Nunavut a été créée en 1997 dans l’objectif d’établir les limites des circonscriptions électorales en vue de la première élection territoriale.

Étant d’abord établi à 19, le nombre de circonscriptions est passé à 22 à la suite du rapport de la Commission de 2011.

La recommandation touchant ce nombre demeure inchangée dans le rapport de cette année.

Les 22 circonscriptions électorales sont chacune représentées par un député à l’Assemblée législative.

Source : Élections Nunavut

Les changements souhaités

Les trois commissaires nommés dans le cadre de la quatrième Commission de délimitation des circonscriptions électorales du Nunavut sont l’honorable Susan T. Cooper, Michael Hughson et John Maurice.

En plus de recommander la poursuite du même nombre de circonscriptions électorales au Nunavut, la Commission a conclu à trois autres modifications souhaitables.

La première consiste à un changement à certaines circonscriptions de Kivalliq de sorte que deux circonscriptions différentes soient créées.

L’une engloberait Coral Harbour et une partie de Rankin Inlet et la seconde comprendrait Naujaat et Chesterfield Inlet.

Les commissaires recommandent aussi une réorientation des limites pour les circonscriptions d’Arviat Nord-Whale Cove et d’Arviat Sud afin de faciliter une croissance future égale.

Enfin, des ajustements aux limites d’Aggu et d’Amittuq et des ajustements aux quatre circonscriptions d’Iqaluit pour tenir compte des changements dans la répartition de la population sont souhaités.

Marla Limousin est directrice générale de l’Association des municipalités du Nunavut et a pris connaissance du rapport.

« Le processus a été identifié et suivi; les personnes qui exécutent le processus ont une solide réputation et une solide expérience au Nunavut et cela reflète le mandat, la Loi et les critères de l’Assemblée législative », affirme-t-elle.   

Le contenu du rapport servira de matière à discussion lors de la prochaine séance de l’Assemblée législative.

Élections Nunavut indique qu’à la remise du rapport de 2023, la commission a été dissoute.

Aucun commentaire n’a donc pu être récolté de la part des commissaires impliqués.

Des défis uniques

La population clairsemée du Nunavut, répartie dans 25 collectivités, sur trois fuseaux horaires et sans liens routiers, rend l’exercice d’établissement des circonscriptions électorales au Nunavut complexe.

« Alors que les municipalités semblent être le moyen logique d’établir des circonscriptions électorales, la population des collectivités varie de moins de 150 personnes à plus de 8 800 habitants. Si chaque collectivité était représentée par un seul député, cela entraînerait une inégalité du droit de vote », peut-on lire dans le Rapport 2023 de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales du Nunavut.

Bien qu’il soit préférable d’éviter de diviser une collectivité en deux circonscriptions, avec une partie de la collectivité qui doit partager un député avec une collectivité éloignée, la situation démographique l’impose.

Il serait aussi souhaitable que plusieurs collectivités, séparées par de grandes distances, n’aient pas à partager un député, mais ce n’est pas réalisable.

Sanikiluaq est un cas d’exception et les commissaires concluent une fois de plus qu’il est mieux que la communauté, qui présente une population relativement faible, demeure seule dans la circonscription de la Baie d’Hudson.

Cette décision s’explique par son éloignement et ses liens culturels avec le Nunavik.

Pour tirer leurs conclusions, un imposant travail pour s’assurer d’obtenir l’opinion des diverses municipalités et organismes a été réalisé par les commissaires.

Ce travail comprenait entre autres la présentation d’audiences publiques, la mise en place de soutien administratif pour être facilement joignable, des entrevues avec les médias et des rencontres avec les conseils municipaux.

« Les recommandations reflètent les commentaires des communautés », estime Marla Limousin.

Les élections municipales en octobre 2023 ne seront pas affectées par les recommandations de la Commission, car elles se déroulent par communauté et non par circonscription territoriale.

Cela a néanmoins une incidence sur les élections territoriales qui ont lieu tous les quatre ans.

La prochaine se tiendra à l’automne 2025.