le Jeudi 23 mai 2024
le Mercredi 30 août 2023 11:33 | mis à jour le 25 mars 2024 11:57 Arts et culture

Riopelle vu par un artiste du Nunavut

Jamasee Pitseolak, résident de Kinngait, a participé au livre d’artistes « Trois entretiens ». — Crédit : David Simard
Jamasee Pitseolak, résident de Kinngait, a participé au livre d’artistes « Trois entretiens ».
Crédit : David Simard
Le projet « Trois entretiens » se présente comme un dialogue entre poésie et arts visuels. Matérialisé sous la forme d’un livre d’artistes, il se concentre autour de trois grands thèmes qu’a explorés Jean-Paul Riopelle au cours de sa carrière, soit la nature, l’autochtonie et la migration. Jamasee Pitseolak, résidant de Kinngait, fait partie des artistes ayant participé au projet.

L’année 2023 célèbre le 100e anniversaire de naissance de l’artiste canadien Jean-Paul Riopelle, décédé en 2002.

Créé et réalisé par l’Atelier-Galerie A.Piroir situé à Montréal, le projet de livre d’artiste « Trois entretiens » a été retenu dans le cadre du programme « Dialogues : Rencontres autour de l’œuvre de Riopelle d’un océan à l’autre ».

Il réunit le Nunavut, l’Île-du-Prince-Édouard, le Québec et la Saskatchewan.

La participation d’Hélène Dorion, Joséphine Bacon, Chantal Ringuet, Peter Krausz, Catherine Farish, Olivier Bodart et Monique Martin s’ajoute à celle de l’artiste Inuit Jamasee Pitseolak.

Un tirage limité

Agathe Piroir, directrice du projet « Trois entretiens », raconte avoir en partie immigrée au Canada avec sa famille grâce à un contrat réalisé pour Jean-Paul Riopelle.

Lorsque l’appel pour ce projet est arrivé, elle a eu l’idée de réaliser un livre d’artistes en l’honneur du peintre, graveur et sculpteur québécois.

Réunissant d’abord que quelques personnes, le projet s’est ensuite agrandi alors qu’Agathe Piroir a été sollicitée pour y ajouter davantage d’artistes en provenance d’autres provinces ou territoires, dont le Nunavut.

Un imprimeur avec qui Agathe Piroir collabore souvent à Montréal l’a mis en contact avec l’artiste inuk Jamasee Pitseolak, qui excelle en sculpture, en gravure et en illustration.

L’artiste est reconnu pour ses sculptures qui reflètent les souvenirs et émotions liés aux objets du quotidien, comme ses motos qui incorporent des motifs de traditions orales et d’expériences inuit.

Jamasee Pitseolak s’est lancé dans ce projet sans idée précise.

« Je ne connaissais rien de Riopelle avant l’invitation, donc c’était tout nouveau pour moi », raconte-t-il.

L’objectif était de fournir aux artistes une chance de travailler avec différents médiums tels que la peinture à l’huile, le fusain, l’aquarelle et les pastels.

« On m’a demandé de dessiner en fonction du poème de quelqu’un et, au début, j’ai eu un peu de mal, car je n’ai jamais vraiment fait ce genre de travail auparavant. Mais une fois que j’ai eu parlé avec l’écrivaine, j’ai eu une meilleure idée de ce qu’elle disait et c’est ainsi que j’ai créé l’image avec laquelle je me sentais à l’aise », affirme Jamasee Pitseolak.

Le projet du livre d’artistes est maintenant complété. Toutes les estampes et les poèmes sont exclusifs et leur tirage est limité.

La Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), le Musée des métiers d’art du Québec, l’Atelier-Galerie A. Piroir ainsi que l’événement de la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières sont les endroits où le projet a été rendu accessible aux visiteurs.

Le livre créé peut également être consulté sur le site Web de l’atelier-galerie A.Piroir.

Dans le cadre du projet « Trois entretiens », Jamasee Pitseolak a mené un atelier d’art dans lequel les participants avaient carte blanche.

Crédit : Courtoisie Jamasee Pitseolak

Dans le cadre du projet « Trois entretiens », Jamasee Pitseolak a mené un atelier d’art dans lequel les participants avaient carte blanche.

Crédit : Courtoisie Jamasee Pitseolak

Dans le cadre du projet « Trois entretiens », Jamasee Pitseolak a mené un atelier d’art dans lequel les participants avaient carte blanche.

Crédit : Courtoisie Jamasee Pitseolak

Dans le cadre du projet « Trois entretiens », Jamasee Pitseolak a mené un atelier d’art dans lequel les participants avaient carte blanche.

Crédit : Courtoisie Jamasee Pitseolak

Dans le cadre du projet « Trois entretiens », Jamasee Pitseolak a mené un atelier d’art dans lequel les participants avaient carte blanche.

Crédit : Courtoisie Jamasee Pitseolak

Laisser libre cours à la créativité

Au début du mois d’août, un atelier de médiation culturelle a été donné par Jamasee Pitseolak auprès de sept participants Nunavummiut pour présenter son travail et sa démarche artistique.

Un petit atelier d’art plastique et un temps ouvert à la discussion autour du thème de l’autochtonie faisaient partie de la rencontre.

Lors de ces rendez-vous donnés à la population, les artistes avaient carte blanche selon leur source d’inspiration.

« Chaque artiste dans sa propre province donnait des ateliers autour du thème; Jamasee, c’était l’autochtonie. Moi, j’ai laissé ça très large pour les artistes. C’est par rapport à l’œuvre de Riopelle, mais c’est par rapport à l’autochtonie », déclare Agathe Piroir.

Certains artistes discutent davantage de leur démarche artistique ou de leur démarche de travail.

D’autres mettent plus en lumière l’inspiration qu’ils ont eue par rapport à Jean-Paul Riopelle.

Pour l’atelier d’art plastique, Jamasee Pitseolak a choisi de ne pas donner de directives aux participants et de les laisser dessiner ce qu’ils souhaitaient. 

Bien qu’elle n’ait pas d’idée précise pour le moment, Agathe Piroir aimerait bien collaborer à nouveau avec Jamasee Pitseolak dans le futur.