le Jeudi 23 mai 2024
le Mercredi 5 juillet 2023 15:54 | mis à jour le 25 mars 2024 15:56 Sciences et environnement

Chasser le loup pour protéger le caribou

  Crédit : KayVeePhotos - Flickr
Crédit : KayVeePhotos - Flickr
Depuis mai dernier, le ministère de l’Environnement du Nunavut a majoré le montant donné pour les échantillons soumis dans le cadre du Programme de collecte d’échantillons sur les loups. Alors que la somme de 300 $ par loup était auparavant remise, les chasseurs reçoivent maintenant 500 $.

D’abord lancé en 2018 à titre de projet-pilote dans les communautés de Kitikmeot, le Programme de collecte d’échantillons sur les loups vise à rémunérer les personnes qui soumettent le crâne d’un loup abattu ainsi que des échantillons de peau et des renseignements prédéterminés concernant l’animal.

En 2019, le programme a été étendu dans l’ensemble du Nunavut.

Dans les zones où le caribou est en déclin, et spécifiquement dans les aires de répartition des hardes de Bathurst, de Bluenose-Est et de Dolphin-Union, le montant annoncé de 500 $ atteindra plutôt 900 $ par loup.

Les mesures de gestion des loups sont aussi améliorées afin d’appuyer le repeuplement des hardes de caribous en déclin.

Les mesures de gestion des loups sont en place afin d’appuyer le repeuplement des hardes de caribous en déclin.

Crédit : Pixabay

Près de 2000 loups récoltés en quatre saisons

Le ministère de l’Environnement a procédé à la majoration de ce montant en réponse à des objectifs précis.

« La raison de cette augmentation est d’offrir une compensation plus élevée pour les loups capturés au Nunavut, dans le but d’alléger la pression des prédateurs sur le caribou. Il offrira également aux chasseurs une compensation financière accrue pour leur récolte, car le coût de l’équipement et des fournitures de chasse a fait de la chasse une activité de plus en plus coûteuse », déclare Lekan Thomas, gestionnaire Communications, éducation et sensibilisation au ministère de l’Environnement du Nunavut.

Le Programme de collecte d’échantillons sur les loups a permis la récolte de 146 loups et de 658 loups pour les saisons respectives de 2018-2019 et de 2019-2020.

Pour 2020-2021 et 2021-2022, ces chiffres étaient respectivement de 699 loups et de 450 loups.

Les données pour la saison 2022-2023 ne sont toujours pas disponibles.

À la suite de la soumission du crâne et des échantillons au ministère, les chasseurs décident ce qu’ils veulent faire avec le reste du loup.

La plupart d’entre eux vendent les peaux ou les utilisent à des fins traditionnelles.

Aucun quota individuel n’est fixé pour les Inuit du Nunavut qui chassent des loups.

Les non-Inuit doivent respecter des limites annuelles et obtenir l’approbation de l’Organisation locale de chasseurs et de trappeurs pour pratiquer cette chasse.

Une compensation plus équitable

Avant cette majoration, les Nunavummiut recevaient un montant significativement moins élevé que d’autres chasseurs.

« Au moment de la décision, le ministre de l’Environnement a écouté les préoccupations des chasseurs du Nunavut au sujet des différences dans les paiements à l’extérieur du Nunavut. Cette augmentation fait en sorte de se rapprocher davantage des niveaux d’indemnisation des paiements offerts pour les loups dans les Territoires du Nord-Ouest », explique Lekan Thomas.

Le montant donné dans le cadre de ce programme dans le territoire voisin est de 1 200 $ par loup.

En plus de la mise en place de ce programme, le ministère dit prendre d’autres actions pour soutenir le repeuplement du caribou.

« Il y a une récolte totale autorisée pour de nombreuses hardes de caribous dans l’ensemble du territoire. Ces quotas limitent le nombre de caribous pouvant être récoltés dans chaque harde », précise Lekan Thomas.